Le nombre de demandeurs d'emploi en Wallonie repasse sous la barre des 200.000, pour atteindre, fin novembre, 199.128 demandeurs d'emploi inoccupés, une baisse de 4,1% par rapport à la même période en 2018, annonce lundi le Forem.

Le taux de demande d'emploi s'établit désormais à 12,5% (contre 13,1% en novembre 2018). Dans le détail, la Wallonie compte 125.326 demandeurs d'emploi (DE) demandeurs d'allocations et 29.599 jeunes en stage d'insertion professionnelle. Le nombre de demandeurs d'emploi inoccupés (DEI) en Wallonie comprend également 30.152 demandeurs d'emploi inscrits obligatoirement et 14.051 demandeurs d'emploi inscrits librement.

L'ensemble des classes d'âges sont en recul et c'est parmi les demandeurs d'emploi inoccupés âgés de moins de 30 ans que les diminutions sont les plus marquées: - 8,6% auprès des personnes âgées de 25 ans à moins de 30 ans et - 6% parmi celles de moins de 25 ans.

Sur base mensuelle, le nombre de DEI a baissé de 2,4%, équivalant à 4.930 personnes de moins dans la demande d'emploi qu'en octobre 2019.

Le nombre de faillites déjà plus élevé qu'en 2018

Après onze mois, 10.676 entreprises ont fait faillite en 2019 en Belgique, soit déjà plus que sur l'ensemble de l'année dernière, a indiqué lundi le bureau d'informations aux entreprises Graydon. Il s'agit d'une hausse de 18,8% par rapport à fin novembre 2018. Le nombre d'emplois perdus est estimé à 19.451, une hausse de 10% par rapport à fin novembre 2018, mais encore en deçà des chiffres relevés lors de la crise. Selon Graydon, les chiffres complets pour 2019 devraient approcher ceux de l'année record de 2013.

La hausse s'observe dans les trois Régions. En Flandre, elle est de 24,3%, à 5.236 faillites, en Wallonie de 17,2%, à 2.654 faillites, et à Bruxelles de 9,9%, à 2.743 faillites.

Le bureau attribue cette hausse générale aux différents changements intervenus dans la législation. Ainsi, aujourd'hui, les ASBL et les professions libérales peuvent également se déclarer en faillite avant d'essayer d'obtenir une seconde chance. En outre, les tribunaux semblent plus actifs dans l'éradication des sociétés fantômes.