LE MÉTIER

La situation du recrutement de cette profession est critique

BRUXELLES C’est récemment que la ministre de la santé publique a lancé un plan d’attractivité pour cette belle et noble profession.

Et celui-ci prévoit :

- d’alléger la charge de travail (administrative…) afin de diminuer leur stress;

- d’améliorer leur qualification;

- de leur accorder une meilleure rémunération notamment pour les heures dites inconfortables.

SELON le Guide des Hautes écoles 2009-2010 publié par le Cediep (02/649.14.18), les qualités requises pour embrasser ce métier (paramédical – non universitaire) sont la résistance physique et nerveuse, des qualités relationnelles et organisationnelles, de bonnes bases scientifiques (un infirmier ou une infirmière doit pouvoir administrer des médicaments, soigner des plaies, mettre en place une perfusion…), de l’adresse et de la précision.

MAIS il est nécessaire aussi d’avoir le sens des responsabilités, d’aimer les contacts humains et d’avoir une capacité d’analyse.

RENSEIGNEMENTS

www.unpluspourvotrecarrire.be

© La Dernière Heure 2009.