Patronat et syndicats ont tous approuvé le projet d'accord social pour le secteur des titres-services. Après des mois de négociations et plusieurs actions de représentants des travailleurs, syndicats et employeurs du secteur des titres-services ont conclu début février un protocole d'accord social.

Le texte prévoit notamment une augmentation des salaires bruts de 0,8% à partir du 1er janvier 2020 -les syndicats revendiquaient +1,1%, comme prévu dans l'accord interprofessionnel-, un chèque cadeau de 20 euros et une indemnité de 10% en plus du salaire brut pour les heures de repassage à domicile. Le projet dresse aussi une série de mesures qui visent à améliorer la faisabilité, la mobilité, mais aussi une charte contre les comportements inappropriés ainsi qu'une extension des primes incitatives aux congés parental et pour aidants proches.

Pour que le texte devienne un véritable accord, l'approbation de tous les syndicats et du banc patronal était nécessaire.

Approuvé tout juste à la majorité, le texte laisse "un goût amer" à la FGTB. Quant à la CSC et la CGLSB, les syndicats ont donné leur accord avec trois quarts des votes favorables.

L'organisation sectorielle Federgon, la fédération wallonne des entreprises d'insertion "Atout EI" et la Vlaams platform dienstenchequeondernemingen ont aussi donné leur feu vert.

"Le texte ne va pas assez loin mais il vaut mieux un accord que pas d'accord du tout. Certaines mesures posent encore question. Le temps est au questionnement quant à l'application de celles-ci", a souligné Jacques Rorive, directeur d'Atout Ei.

Federgon appelait, elle, les autorités à soutenir davantage le secteur qui emploie au total quelque 145.000 personnes, plusieurs entreprises de titres-services éprouvant des difficultés financières.

Les différentes parties se retrouveront autour de la table le 2 mars pour formaliser l'accord.