Afin d’éviter de tomber dans un chômage structurel

BRUXELLES Depuis le 1er janvier 2010, et c’est valable pour l’ensemble du pays, est entré en vigueur le Plan d’embauche massif de l’emploi notamment à destination du demandeur d’emploi âgé.

Il a pour but d’empêcher, entre autres, les plus de 50 ans (un des groupes les plus vulnérables pendant la crise) de tomber dans un chômage structurel.

L’objectif est de diminuer le coût de leur engagement via une activation de leur allocation de chômage.

En fait, cette activation (pour 24 mois pour les engagements en 2010, 12 mois pour ceux effectués en 2011. Fin de cette mesure : 31 décembre 2012) est une subvention à l’emploi par le biais de laquelle un demandeur d’emploi qui obtient un emploi peut conserver une partie de ses allocations de chômage.

Et l’employeur peut, dans cette situation, déduire l’entièreté de ce montant, de la rémunération nette à payer.

Dès lors, le travailleur qui, au moment de l’engagement, était chômeur complet indemnisé, a droit à une allocation de travail (activation de l’allocation de chômage donc) de maximum 1.000 € :

- s’il est âgé de 50 ans au moins à la date de l’engagement;

- s’il est demandeur d’emploi à la date de l’engagement;

- s’il a été demandeur d’emploi pendant au moins 156 jours (6 mois; régime des 6 jours), au cours du mois de l’engagement et des 9 mois qui précèdent;

- si l’employeur n’utilise pas le système des titres-services pour l’occupation du travailleur.

Cette allocation de travail est accordée pendant maximum :

- le mois de l’engagement et les 23 mois suivants, si le travailleur entre en service au cours de l’année 2010;

- le mois de l’engagement et les 11 mois suivants, s’il entre en service au cours de l’année 2011.

Et lorsqu’il n’est pas occupé à temps plein, l’allocation est ramenée à un montant proportionnel à la durée de travail hebdomadaire prévue contractuellement dans l’emploi à temps partiel.

RENSEIGNEMENTS

Office national de l’emploi (Onem)
02/515.41.11

© La Dernière Heure 2010.