La direction de TUI France, premier opérateur touristique de l'Hexagone, a annoncé mercredi lors d'un comité social et économique (CSE) extraordinaire vouloir supprimer jusqu'à 583 postes en raison des effets de la crise sanitaire, soit les deux tiers de ses effectifs, a appris l'AFP de sources concordantes.

"Le projet présenté aujourd'hui en CSE prévoit la suppression de 317 postes", un chiffre qui montera à 583 postes en prenant en compte les 65 agences en propre ("intégrées") que l'entreprise entend franchiser ou céder, a indiqué la direction dans un communiqué, confirmant des informations obtenues de source syndicale.

"C'est terrible pour nous", a réagi auprès de l'AFP Lazare Razkallah, secrétaire du CSE.

Le voyagiste allemand TUI a annoncé en mai son intention de supprimer 8.000 postes dans le monde, soit plus de 10% de ses effectifs, conséquence de la pandémie de coronavirus qui a mis à l'arrêt la plupart de ses activités. Les conséquences de cette restructuration en Belgique ne sont pas encore connues.