La vaccination bat son plein en Belgique, même si tout le monde espère qu’on passe à la vitesse grand V dans les semaines à venir. Et puisque les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses à être vaccinées (du moins pour la première dose), de plus en plus de travailleurs vont recevoir leur convocation. Mais puisqu’il faut s’absenter du (télé) travail pour aller dans un centre de vaccination, faut-il prendre congé pour autant ? Eh bien non. Explications via le secrétariat social Partena. 

Le travailleur a le droit de s’absenter du travail, afin de recevoir un vaccin contre le COVID-19, pendant le temps nécessaire à la vaccination. Par “temps nécessaire”, il faut entendre non seulement le temps consacré à l’acte de vaccination en lui-même mais également les temps de trajets pour se rendre au lieu de vaccination. Si le vaccin doit être administré en deux injections, le travailleur peut bénéficier du droit au congé de circonstance pour chacune des deux injections”, explique, Catherine Legardien, Legal Expert chez Partena Professional.

Et si ce congé de circonstance ne doit pas être compté dans les jours de congé classiques, il est aussi appelé “petit chômage”. Faut-il craindre une perte de revenu pour ces quelques heures ? “Pour la durée du congé de circonstance, le travailleur maintient sa rémunération normale à charge de l’employeur, (r) assure-t-elle. Pour bénéficier de la rémunération, le travailleur doit avertir préalablement l’employeur et cela, dans le plus bref délai, c’est-à-dire dès qu’il connaît le moment où le créneau horaire de la vaccination. Il doit utiliser le congé aux fins pour lesquelles il est accordé. À la demande de l’employeur, le travailleur doit en fournir la preuve. La présentation de la confirmation du rendez-vous à être présent à un moment donné dans un lieu où la vaccination est administrée, constitue une preuve suffisante. Si la confirmation ne mentionne pas quand le travailleur doit être présent dans un lieu où la vaccination est administrée, l’invitation doit être présentée.

Une bonne nouvelle, certes, mais comme toujours en Belgique, il y a un mai. C’est cette fois-ci le secrétariat social Group S qui attire l’attention sur les personnes inscrites sur la liste d’attente Qvax et qui peuvent être contactées pour une vaccination “last minute”. “Selon le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, le congé de vaccination nécessite que le travailleur prévienne son employeur au préalable. Par conséquent, un travailleur ne peut pas faire valoir son droit à ce congé pour justifier son absence du travail en vue de se faire vacciner contre le coronavirus s’il prévient son employeur le jour même. Dans ce cas-là, il devra prendre un jour de congé payé, un jour de repos compensatoire ou un congé sans solde”, explique Ilona De Boeck, Legal Advisor de Group S.