Selon l’enquête, 55 % des Flamands ont enfourché un vélo traditionnel au moins une fois durant l’année écoulée. Un pourcentage qui passe à 25,2 % pour les Bruxellois et seulement 20,3 % pour les Wallons.

Un écart important qui s’explique notamment par une mentalité différente au nord du pays, favorisée par des infrastructures cyclables plus favorables et mieux entretenues mais également par un dénivelé plus abordable. "D’une région à l’autre, on observe de grosses différences d’usage du vélo, conclut l’enquête. En Wallonie, le vélo est essentiellement utilisé pour le loisir. Tandis qu’en Flandre, le vélo est utilisé à la fois pour le loisir et comme moyen de déplacement pour faire ses courses et effectuer ses trajets domicile-travail. À Bruxelles, l’utilisation du vélo pour les déplacements domicile-travail est plus importante que pour les autres régions."