Vacances : pourquoi de nouvelles perturbations sont à prévoir cet été

Des mouvements de grève perturberont le secteur aérien en ce début d'été, chez Brussels Airlines les 23, 24 et 25 juin ainsi que chez Ryanair les 24, 25 et 26 juin.

Belga
Vacances : pourquoi de nouvelles perturbations sont à prévoir cet été
©Belga Image

La Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF) s'attend à de nouvelles actions et perturbations dans le secteur aéronautique cet été, indique-t-elle mercredi. Elle rappelle soutenir ses membres dans leurs revendications. Des mouvements de grève perturberont le secteur aérien en ce début d'été, chez Brussels Airlines les 23, 24 et 25 juin ainsi que chez Ryanair les 24, 25 et 26 juin. Au sein de la compagnie irlandaise à bas coûts, l'action ne touchera pas uniquement la Belgique mais aussi l'Espagne, l'Italie, le Portugal et la France.

L'ETF reconnaît que des millions de passagers mécontents subiront des annulations de vols ou des retards importants dans toute l'Europe mais souligne que les employés de l'aéronautique sont débordés et "travaillent chaque jour au-delà de l'épuisement pour couvrir les pénuries de personnel". "La Commission européenne, les gouvernements et les régulateurs semblent être totalement déconnectés et complètement indifférents à la réalité dramatique à laquelle le secteur est confronté", ajoute la fédération. Elle dénonce "l'immobilisme" et "le silence" des autorités.

"Les travailleurs de l'aviation n'en peuvent plus"

L'ETF réclame un changement immédiat du mode de fonctionnement de l'industrie aéronautique afin de la rendre plus adaptée aux personnes, qu'il s'agisse des travailleurs ou des passagers. Elle demande un dialogue social sectoriel entre tous les syndicats et les compagnies aériennes en Europe, des salaires justes et adaptés à l'inflation ainsi que la fin de toutes les formes de travail précaire, en particulier le recours aux faux indépendants.

"Les travailleurs de l'aviation n'en peuvent plus", déplore Livia Spera, secrétaire générale de l'ETF. "Ils subissent une pression importante depuis un certain temps, et il est clair qu'on a atteint un point d'ébullition. Nous soutenons les actions sectorielles légales de nos affiliés et les encourageons à continuer à se battre tout au long de l'été. Il est maintenant temps de changer fondamentalement le secteur, l'industrie aéronautique ne peut pas continuer comme elle le faisait avant la pandémie."

La fédération appelle par ailleurs les voyageurs à ne pas blâmer les travailleurs et travailleuses pour les problèmes occasionnés par les grèves, et pointe plutôt du doigt "des décennies de cupidité des entreprises et la suppression d'emplois décents dans le secteur".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be