Grève Ryanair : le chaos dans nos aéroports se poursuit, 30.000 passagers concernés, pas tous prévenus !

De nombreux passagers attendent encore des nouvelles de la compagnie irlandaise.

Les avions Ryanair seront à l'arrêt à cause de la grève: des vols annulés, les passagers bloqués
©BELGA

Ce vendredi, le mouvement de grève annoncé chez Ryanair touchera les aéroports de Charleroi et Bruxelles. Celle-ci combinée à une grève des pilotes et du personnel de cabine de chez Brussels Airlines, et les prochaines heures s'annoncent chaotiques pour les voyageurs, tout cela alors que Brussels Airport se remettait à peine de la grève de lundi, qui avait chamboulé le calendrier de la semaine.

Au niveau pratique, Brussels Airlines a annoncé cette semaine – la grève a déjà commencé ce jeudi – l'annulation d'"environ 40 % du programme de vols initial. Les annulations représentent environ 315 vols, dont 38 long-courriers, et touchent près de 40 000 passagers", a détaillé Brussels Airlines dans un communiqué. "Les passagers concernés ont été avertis et se sont vus proposer une alternative. S'ils préfèrent ne pas voyager, on peut leur proposer un remboursement complet", explique également Maaike Andries, porte-parole de la compagnie.

Une communication relativement claire et rapide vu les circonstances, et on ne peut pas en dire autant de la part de Ryanair. "Au lieu de prévenir ses clients, Ryanair a commencé à retirer des vols de son programme. En fait, tous les vols de vendredi et samedi sont annulés et il n'y a plus moyen de réserver toute une série de vols sur leur site internet, explique Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. À mon avis, ils vont annuler la plupart des vols de dimanche également, mais ce n'est pas clair. Certains clients reçoivent des avis d'annulation, mais les vols sont toujours maintenus dans les aéroports. On parle d'environ 30.000 personnes potentiellement concernées. Le problème, c'est que ceux qui ont un vol annulé ce vendredi n'ont été prévenus qu'à partir de mercredi, et que beaucoup de personnes qui partent dimanche n'ont toujours aucune nouvelle de la compagnie… Ils refont le même coup que les fois précédentes."

Vol annulé: quelles solutions ?

Une situation qui ne permet pas à de nombreux voyageurs de s'organiser pour trouver une alternative, tandis que ceux qui sont prévenus se voient proposer un remboursement ou le replacement sans frais sur un autre vol. Un mail d'excuse qui contient aussi la phrase suivante : "votre vol a été annulé en raison d'une grève inutile menée par un syndicat belge".

"Et pour les indemnités supplémentaires, cela va encore être le parcours du combattant pour les passagers. Je rappelle que certains sont encore au tribunal pour les grèves de 2018 ! C'est typique de Ryanair, on passe par le tribunal et non par une négociation", enchaîne Didier Lebbe.

Voilà qui devrait annoncer une belle ambiance lors des prochaines réunions entre syndicats et direction. Pour rappel, ces mouvements de grève, aussi bien chez Ryanair que chez Brussels Airlines, étaient annoncés depuis plusieurs semaines. Les pilotes, hôtesses et stewards protestent notamment contre les nouvelles conditions de travail imposée depuis la crise sanitaire : plus de vols, moins de repos, et – dans le cas de Ryanair – une baisse des salaires de 20 % depuis le début de la crise sanitaire et qui est maintenue alors que l’activité reprend.

Chez Ryanair toujours, la Belgique n'est pas le seul pays concerné, puisqu'on parle d'une action européenne coordonnée entre les syndicats européens. Ainsi, des mouvements ont (ou vont) avoir lieu en Espagne (du 24 juin au 2 juillet), au Portugal (24 au 26 juin), en France (25 et 26 juin) et en Italie (25 juin). De quoi annoncer une belle pagaille pour les voyageurs qui doivent rentrer en Belgique dans les prochains jours. "Il s'agit d'un mouvement de grève emblématique pour toute l'Europe et toutes les compagnies, soutient Didier Lebbe. Si on connaît de telles conditions de travail, c'est parce que Ryanair est tout-puissant et que les autres copient pour se mettre à niveau et continuer à exister. Cette grève doit donc concerner l'ensemble du secteur, c'est essentiel pour changer les choses ! Le ciel européen s'est ultra-libéralisé, et voilà où on en arrive quand cela va trop loin."

Une action commune qui empêchera également la direction de Ryanair d'envoyer des équipages étrangers en Belgique pour faire voler les avions cloués au sol. "Si nous voyons des pilotes et du personnel de cabine étranger débarquer à Bruxelles ou Charleroi, nous préviendrons l'inspection du travail", lance Didier Lebbe.

Et pour les prochaines semaines ? "C'est aux compagnies à revenir vers nous pour négocier, mais le CEO fantôme de Brussels Airlines n'a toujours pas donné signe de vie. Et du côté de Ryanair, il va vraiment falloir qu'O'Leary en finisse avec ses discours insultants…"

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be