Il n’y a pas de petites économies: nos 10 astuces pour économiser jusqu’à 450 euros sur la route de vos vacances

Bien préparer son voyage peut éviter des dépenses particulièrement coûteuses.

Il n’y a pas de petites économies: nos 10 astuces pour économiser jusqu’à 450 euros sur la route de vos vacances
©AP

La période est attendue chaque année avec une certaine impatience par des millions de citoyens en Belgique : la fin de la période scolaire rime avec les premiers grands départs en vacances. Si certains ont anticipé la fin des cours, c'est surtout ce week-end que les premières grandes transhumances débuteront. Selon Touring, près de neuf Belges sur dix partiront en vacances durant l'été. Dont 75 % à l'étranger, selon une récente enquête menée par l'Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) qui précise que 68 % des vacanciers prendront leur voiture pour rejoindre leur lieu de villégiature.

Autant de citoyens qui prendront la route non sans une certaine appréhension : avec la hausse des prix des carburants, le seul déplacement risque de sérieusement grever le budget final. "Nous n'avons pas un budget extensible à souhait, se désespère Thierry, un juillettiste bruxellois qui partira avec femme et enfants du côté de Marseille. L'argent consacré au carburant limitera forcément le nombre d'activités payantes (attractions, restaurants…) que l'on pourra faire sur place."

Il faut dire qu’en un an, les prix ont considérablement augmenté. Au 1er juillet 2021, un automobiliste, dont la voiture consomme 6 litres de diesel aux 100 kilomètres, devait payer 95,04 € pour faire 1 000 km. Aujourd’hui, il devrait en dépenser 132 €. Soit près de 74 € de plus sur un aller-retour.

Autant dire que, cette année plus que jamais, il n’y aura pas de petites économies sur la route des vacances. En préparant bien son voyage, il est possible d’épargner plusieurs centaines d’euros.

1. Le prix des carburants

Les prix de l'essence et du diesel étant moins chers actuellement dans les pays frontaliers, mieux vaut faire un plein complet une fois la frontière passée. Ensuite, il est conseillé d'éviter les stations-essence installées le long de l'autoroute, qui pratiquent souvent le prix maximum autorisé, et leur préférer celles situées à proximité. Certes, cela entraîne un allongement du trajet mais que sont 10 minutes de plus sur un trajet de 12 heures ? L'économie, par contre, est réelle. Nous avons fait la comparaison, entre la station-service la moins chère sur l'autoroute à hauteur de Lyon, et une autre, située à deux kilomètres de la voie rapide. La première affiche le diesel à 2,244 € du litre, la seconde à 2,068. Faire un plein de 50 litres dans la seconde permettrait d'économiser 9 € (103,4 € contre 112,2 €). Pour un trajet de 1 200 km avec une consommation de 6 litres aux 100 km, l'économie pourrait monter jusqu'à 13 €. Soit 26 € aller-retour. Un passage par le Luxembourg reste aussi intéressant pour faire quelques économies, même si le pays souffre aussi de la flambée des carburants. Pour vous aider à trouver les stations les moins chères sur vos routes, des applications pour smartphone comme Essence&Co ou Essence/Gasoil Now existent. Un site français également : www.prix-carburants.gouv.fr.

2. Le style de conduite

Votre consommation de carburant sur la route des vacances dépendra fortement de votre style de conduite. Un style plus sportif engendrera forcément une hausse de la consommation, et donc des dépenses. À ce titre, le simple fait de rouler à 120 km/h au lieu de 130 km/h peut vous faire faire de précieuses économies. Selon nos confrères de Caradisiac qui ont fait le test, l'économie pourrait monter jusqu'à 14 %. Sur un trajet entre Bruxelles et Perpignan, où il y a près de 800 km de routes limitées à 130 km/h, cela se traduirait par une économie de 14 €. Soit 28 € sur un aller-retour. À 110, l'économie serait encore plus importante, de l'ordre de 40 € aller-retour. Bien sûr, cela implique de rouler plus longtemps : environ une demi-heure de plus si vous placez votre limiteur sur 120 km/h et un peu plus d'une heure à 110.

3. Les péages

En fonction de la route que vous emprunterez, vous serez confrontés à plus ou moins de péages. Le site viamichelin.fr permet de planifier son voyage partout en Europe en fonction de ces péages. Pour le trajet entre Bruxelles et Perpignan, le site au Bibendum propose trois trajets différents. L'un ne propose que 53,5 € de péages contre 88,5 € et 72,9€ pour les deux autres. Soit jusqu'à 70 € d'économie aller-retour par rapport au trajet le plus cher. Cela implique d'allonger son trajet de 40 minutes même si celui-ci est plus court de 24 kilomètres. Par ailleurs, certains péages sont moins chers en heures creuses, comme la nuit par exemple. Il est aussi possible de n'emprunter que des nationales mais le trajet est alors considérablement rallongé.

4. La climatisation

Une étude de l'Agence française de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), aujourd'hui rebaptisée Agence française de la transition énergétique, avait permis de déterminer que la climatisation, sur autoroute, augmentait la consommation moyenne de carburant d'un litre par 100 km. Sur le trajet Bruxelles-Perpignan, cela signifierait une hausse de 24 €. Soit 48 € aller-retour. Mieux vaut donc l'utiliser avec parcimonie. Selon l'Ademe, un réglage de la climatisation à 25 °C au lieu de 20 °C quand il fait 30 °C à l'extérieur permettrait de réduire sa consommation de carburant de l'ordre de 8 % en ville et 5 % sur route-autoroute.

5. La nourriture

C’est un poste qui peut vite coûter le plus cher : beaucoup d’automobilistes, faute de temps, préfèrent opter pour un casse-croûte acheté dans une station-essence sur l’autoroute. Mais un sandwich avec boisson peut rapidement frôler les 10 € par personne. Si l’on y ajoute biscuits, boissons et autres glaces, l’addition peut vite être salée. Cela vaut la peine de prendre le temps de faire ses sandwiches avant de partir, et acheter biscuits et boissons près de chez vous. La différence peut facilement monter à près de 100 € sur un aller-retour à quatre.

6. La pression des pneus

De nombreuses études ont démontré que rouler avec des pneus sous-gonflés pouvait générer une surconsommation des véhicules de 10 %. Sur un trajet Bruxelles-Perpignan, cela signifierait une dépense supplémentaire de 30 € aller-retour. Autant vérifier la pression de ses pneus avant de partir. D'autant que cela a aussi un impact sur la tenue de route.

7. Les vignettes Crit’air

Dans certains pays, des vignettes sont nécessaires pour circuler en ville. En France, le périphérique de Paris ou des agglomérations comme Lyon, Toulouse, Nice ou Marseille l'exigent. En cas de contrôle, l'amende sera de 68 €. Un peu cher lorsque l'on sait que les vignettes (à acheter sur le site www.certificat-air.gouv.fr) sont accessibles pour 4,51 € et sont valables pour toute la durée de vie du véhicule. Attention, il faut compter deux ou trois semaines pour la livraison.

8. Le poids des bagages

Alors qu’en avion, le poids des valises est strictement limité, ceux qui partent en voiture ont souvent tendance à prendre toute leur garde-robe pour finalement faire bronzette en maillot de bain durant 10 jours. Après tout, puisqu’il y a de la place, pourquoi s’en priver ? Sauf que le poids des bagages joue sur la consommation du véhicule, sans que celle-ci ait pu être quantifiée par une étude. Moralité : voyagez léger.

9. Les éléments extérieurs

L'aérodynamisme des voitures a été sérieusement étudié par leurs concepteurs pour limiter les résistances à l'air. Tout élément extérieur comme le coffre de toit ou le porte-vélo peut provoquer une hausse de la consommation de 18 %, selon Touring. Soit 60 € pour un aller-retour entre Bruxelles et Perpignan. C'est pourquoi il est préférable de s'en passer quand c'est possible.

10. Les amendes

C'est une évidence mais elle est d'autant plus importante à rappeler que les Belges ont tendance à rouler plus vite sur la route des vacances : les amendes peuvent facilement exploser le budget. En levant le pied, on fait donc des économies de carburant mais on évite les risques également.

Au final, un automobiliste qui veut faire des économies sur la route des vacances peut en faire de jolies même si cela implique parfois un temps de trajet plus long. En combinant tous nos conseils, il est possible d’économiser près de 450 € aller-retour par rapport aux moins précautionneux. Bonne route !

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be