À bord de l’Elegant, au fil du fleuve, de Passau à Budapest, en passant par Vienne et Bratislava, le Danube regorge de richesses.

Les croisières fluviales ont de plus en plus de succès (1,64 million de passagers en 2018). Et le Danube est un incontournable. Car le deuxième plus long fleuve d’Europe, derrière la Volga, charrie de riches trésors culturels. Sur ses rives se sont succédé les plus grands empires du Vieux Continent. Depuis la Forêt-Noire allemande jusqu’à la mer de la même couleur, il valse entre paysages bucoliques et cités écarlates, déchirant quatre des plus belles capitales européennes, Vienne, Bratislava, Budapest et Belgrade, bercées par la douce mélodie de son chant.

C’est à Passau, la dernière des grandes villes allemandes que le Danube traverse depuis Donaueschingen, où la Brigach et la Breg s’unissent pour lui donner son nom, que le M/S Amadeus Elegant nous avait donné rendez-vous, un dimanche de printemps. Ce majestueux et luxueux bateau de 110 mètres de long, haut de trois étages qui recense une septantaine de cabines, nous promettait une immersion totale dans le "Danube impérial". Direction la Hongrie, et sa capitale, pour un aller-retour en douceur, rythmé d’innombrables découvertes.

L’Elegant a tenu son rang. L’un des principaux solistes de la société Amadeus a, huit jours durant, livré une partition sans fausse note, un récital de trésors culturels de régions qui résonnent encore de leur riche passé. Parfois trop méconnu en l’Europe de l’Ouest.

Dès le dimanche soir, le bateau largue les amarres. Direction Vienne, atteint le lundi midi. Pour patienter, plusieurs options s’offrent à nous, une fois le généreux petit-déjeuner engloutit : se reposer dans les beaux et paisibles salons de détente, flâner ou profiter des chaises longues et des paysages qui défilent lentement sur le pont Soleil, ou assister à l’une des conférences prévues tout au long de cette croisière, et qui, grâce à l’historien Paul Grard, nous éclaira davantage sur l’histoire de l’empire austro-hongrois.

Dès le déjeuner terminé, un car attend les touristes belges, pour la plupart des pensionnés, pour une visite de Vienne, incluse dans le prix du voyage. En un peu plus de trois heures, la capitale autrichienne se découvre, sous les précisions d’un guide francophone, et nous accueille dans ses principaux sites. Le soir, les plus curieux s’offrent un concert, au majestueux Kursalon, où Johann Strauss avait ses habitudes.

Le "Beau Danube bleu" valsera encore durant la nuit, lorsque l’Elegant poursuivra son chemin en direction de Bratislava, atteint le mardi matin. Il accoste à quelques pas du coquet centre historique de la capitale slovaque. Le mercredi, nous voilà déjà arrivés à Budapest, lieu de rassemblement des bateaux qui se croisent et se recroisent sur le Danube. Le fleuve sépare Buda et Pest, et les deux jours passés dans la capitale hongroise ne sont pas assez longs pour profiter de ses richesses, avec son parlement, son château, ses thermes…

Le retour s’entame dès le jeudi après midi, via la courbe du Danube, avec visite d’un petit village d’artisans attendant le chaland et arrêt à Esztergom. Retour à Vienne le vendredi, pour profiter d’une visite approfondie d’un lieu traversé lors de notre premier passage. Le célèbre Château de Schönbrunn sera notre hôte.

Le samedi, dernier arrêt à Emmersdorf pour s’émerveiller de la fabuleuse abbaye de Melk. Avant le retour à Passau, le dimanche matin. Déjà.

Avec le sentiment que si le Danube s’est offert, il regorge encore de trésors qu’une croisière ne suffit pas à tous les démasquer…

5 bonnes raisons de faire une croisière sur le Danube

1) Découvrir quelques merveilles

C’est la formule idéale pour découvrir de belles villes, joyaux de l’empire austro-hongrois, quitte à y revenir ensuite pour approfondir les visites si l’on ressent un avant-goût de trop peu.

2) Suivez le guide

Visiter une ville avec des guides passionnés, et francophones, qui connaissent leur sujet, ça permet d’échanger, de se nourrir de leur expérience et de rentrer en Belgique plus riche de leurs passionnantes histoires.

3) Un max de Mini-trip

Pas besoin de faire et défaire ses valises, de se dépêcher pour ne pas rater son avion ou son bus, de chercher un taxi. Votre hôtel flottant vous suit de ville en ville, et la vue à votre réveil est chaque jour différente.

4) Au calme

La navigation fluviale, c’est très reposant. Peu de remous, et seuls les passages d’écluse perturbent légèrement le voyage. La nuit, on peut donc se laisser bercer et rêver aux découvertes du lendemain…

5) À table !

Évidemment, si vous commencez un régime, le bateau de croisière n’est pas l’endroit idéal pour garder sa ligne. Sur le Danube, l’occasion est belle de déguster des plats typiques des régions traversées, et de s’initier aux cuisines autrichiennes ou hongroises avec, notamment, leurs délicieuses et riches pâtisseries…

Renseignements pratiques... 

Combien ça coûte ?

Le Danube impérial : cette croisière 100 % francophone était proposée au prix de 2 170 € par personne, pension complète à bord (avec vin lors des repas), vols Bruxelles-Munich et transferts vers Passau compris. Avec visites guidées de Vienne, Bratislava et Budapest (guides francophones), plus d’autres excursions en option.

Quand ?

Prochaines croisièressur le Danube : Le Danube musical (8 jours) > départ le 18/09/2020. Danube, de Vienne à Belgrade (8 jours) > départs le 08/04 ou le 17/04/2020. Au fil du Danube (12 jours) > départs le 18/07 ou le 09/08/2020.

Se renseigner

www.all-ways.be 0800/82 550 Agence de Bruxelles > Rue de la Montagne, 17, à 1000 Bruxelles Agence de Liège > Place des Franchises, 9, à 4000 Liège