Par Toutatis, qu’il est bon de réarpenter les allées du Parc Astérix ! Après une trop longue période de pause, Covid oblige, c’est fort plein de petits et grands Gaulois que le complexe situé à Plailly (280 km de Bruxelles) lançait, tambour battant, sa saison d’Halloween, ce samedi 1er octobre.

Au fur et à mesure des ans, on a pu apprécier à quel point la destination, 31 ans déjà, est parvenue à enrichir son offre et combler ses carences au fil des ans.

Pas une destination de court séjour ? Le Parc "Asté" a, en quelques années, triplé sa capacité hôtelière, en ajoutant, aux Trois Hiboux, les pittoresques hôtels de La Cité suspendue et des Quais de Lutèce. Pas assez d’attractions ? En 10 ans, Oziris, Discobélix et le Pégase Express sont venus enrichir une offre déjà bigrement fournie en montages russes (Goudirix, Tonnerre de Zeus, Vol d’Icare, etc.), pour ne parler que de cette typologie d’attractions. Pas assez de plaisir à disposition des tout-petits ? Cela, c’était recevable avant la création de La Forêt d’Idéfix et sa petite dizaine de manèges dédiés… Pas assez de saisonnalité dans le parc ? Peur sur le parc, qui célèbre Halloween, dément vigoureusement l’assertion. Ceci alors que le parc a pour la première fois été ouvert à Noël en 2019 (pour ses 30 ans), aurait dû l’être l’an dernier s’il n’y avait eu la pandémie, et le sera en cette fin 2021.

"Peur sur le parc est vraiment devenu un événement clé, moteur pour le parc," nous confie Delphine Pons (nouvelle) directrice du Parc Astérix, entre les assauts effrayants d’un clown terrifiant et d’un dompteur de fauves à l’allure patibulaire, attablée au restaurant Le Cirque, au cœur du parc décoré de milliers de citrouilles et arpenté par de bien étranges individus.

© PARC ASTERIX

C’est qu’on ne lésine pas : attractions et buffets thématisés pour l’occasion, spectacles dédiés (Metamorphsis ou Magna Maleficus), maisons hantées événementielles (La Colère d’Anubis, La foire aux 6 trouilles, la maison de la peur…), nocturnes et journées prolongées dans un parc totalement rhabillé pour l’occasion, découpé en trois zones clairement indiquées (petit frisson, frayer modérée ou grosse terreur), on y boit la soupe de potiron jusqu’à son ultime goutte !

"Nos records de fréquentation, on les fait en été et durant cette saison d’Halloween, que nous sommes parvenus à développer en allant jusqu’au bout du concept, avec un résultat de plus en plus terrifiant et dense pour ceux qui aiment s’amuser en se faisant peur", reprend Delphine Pons. "Après le Covid et sept mois de fermeture, ce qui est totalement inédit dans la vie d’un parc d’attractions, ça fait du bien de retrouver nos visiteurs si nombreux, ainsi que notre personnel."

Seul bémol qui pourrait entacher l’esprit de fête : le masque est obligatoire sur tout le site (parc et hôtels), y compris en extérieur… alors qu’un pass sanitaire est requis sur place. Devoir porter le masque dans les vastes allées, en plein air, du parc, est d’ailleurs assez curieux, alors qu’on est vacciné ou négatif au PCR… Delphine Pons : "il y a deux façons de voir les choses. Nous avons une clientèle qui ne vient plus parce que le pass sanitaire est obligatoire, mais nous avons aussi beaucoup de visiteurs qui sont rassurés de voir qu’il est requis, de même que le port du masque. D’un point de vue opérationnel, notamment pour les contrôles, il n’est pas tenable de l’imposer dans les files d’attente mais pas dans les allées. Par simplicité, c’est donc partout. Et pour la suite, ce sera soit partout, soit nulle part si l’évolution de la pandémie le permet."

Toutatis, un méga launch coaster avant un quatrième hôtel

Pour se relever de cette crise, le Parc, propriété du groupe Compagnie des Alpes, durement frappé par une saison blanche sur les stations de ski qu’il opère, fait le pari de l’investissement. "Le mot d’ordre, c’est d’y aller à fond, de relancer la machine, et de ne pas casser le cycle d’investissements. Nos projets sont nombreux et très excitants pour les années à venir. En 2022, il y a déjà la rénovation du Tonnerre de Zeus (la plus rapide montagne russe en bois d’Europe, une sorte de Loup-Garou de Walibi boostée aux hormones, NdlR) : nous allons réaménager le parcours avec de nouveaux virages et un tunnel, et nous allons changer de train, avec une nouveauté inédite : les derniers wagons seront à l’envers ! Ensuite, nous consentons au plus gros investissement de notre histoire (28 millions d’euros) avec l’ouverture en 2023 d’une nouvelle zone sur le parc, derrière la Trace du Hourra : la zone Toutatis, où prendra place le plus haut et rapide des launch coasters de France. On peut encore citer l’arrivée d’un défilé avec nos personnages dans le parc, de nouveaux spectacles, les 35 ans de la destination, etc. Ce n’est pas encore pour tout de suite, mais nous allons également poursuivre notre déploiement hôtelier, avec l’arrivée d’un quatrième hôtel, plus grand encore que ceux dont nous disposons déjà."

© PARC ASTERIX

De quoi faire de la destination un parc total, à la Disney, afin de devenir cette destination internationale et de court séjour tant prisée. Actuellement, la clientèle internationale du parc ne représente que 10 % de sa fréquentation, et parmi ces 10 %, ce sont les Belges qui raflent l’or. Il y a clairement un potentiel de croissance, "d’autant que nous sommes persuadés que l’univers d’Astérix, ses valeurs, son humour et son courage, sont universels."

Compassion pour le cousin belge

Enfin, un mot pour le cousin belge, Walibi, qui appartient au même groupe que le Parc Astérix. C’est avec beaucoup de compassion et un regard inquiet qu’on a observé, depuis Plailly, le terrible impact des inondations sur le parc wavrien. "On a tous été très marqués, et solidaires avec nos amis belges. Walibi est un magnifique parc. Et s’il est exact qu’on se prépare à beaucoup de choses, lorsque l’on gère un parc, en termes de sécurité et de prévention, un scénario de cette ampleur, alors que la saison avait repris, laisse évidemment tout le monde pantois. Je crois que Walibi rouvre justement ce 1er octobre, je voudrais souhaiter à tous nos amis belges une excellente réouverture et une belle saison d’Halloween !"

Filotomatix, le coupe-file payant qui fait débat

Si vous n’avez jamais séjourné au Parc Astérix, vous ne pourrez qu’être séduits par le bond qu’a fait la destination en termes d’accueil : l’hôtel La Cité Suspendue, magnifiquement bien fini et pittoresque (en pleine forêt), est fort agréable et pourvu d’une literie et d’une offre de restauration de grande qualité, qui fait le pari (gagnant) de se passer de nuggets et de frites pour vous proposer des mets locaux, souvent bios et même, clin d’œil, du sanglier ! Mais il est une autre nouveauté plus diversement accueillie: Filotomatix. Le nouveau système de coupe-file qui succède au Pass Rapidus. À l’instar de Disneyland Paris qui a remplacé ses Fastpass, il exige de passer par l’application mobile du parc et, surtout, propose de couper les files… moyennant payement. Et ce n’est pas franchement gratuit…

Filotomatix est réservé à 10 attractions: les coasters Oziris, Oxygénarium, La Trace du Houra, Goudurix, Tonnerre de Zeus, Pégase Express mais aussi les attractions aquatiques Romus et Rapidus, le Grand Splatch, le Menhir Express et enfin le très amusant cinéma 4D Attention Menhir !. Niveau prix, Filotomatix se décline en 4 formules: la formule illimitée, la plus chère, qui réclame 89 € (!) par tête de pipe par jour. Elle permet d’accéder, sans file, aux attractions précitées autant de fois que désiré, sans réservation. La formule Or (39 €) permet d’en faire autant, mais une seule fois pour les 10 attractions. La formule Argent (29 €) divise, elle, le temps d’attente par deux. Enfin, il est possible de prendre un Filotomatix à l’Unité, qui vous coûtera 6 ou 8 € (selon l’attraction), toujours par personne… Il s’agit donc de proposer un privilège, un confort de visite, à ceux qui ont les moyens de se l’offrir. Ce qui, moralement, pour une destination d’amusement populaire, ne plaît pas à tous… Néanmoins, il y a une réelle demande des visiteurs, assure le parc. Puis, c’est loin d’être une tendance isolée…

> https://www.parcasterix.fr/