On a beau voir, et revoir Gordes. Encore et encore. Impossible de se laser de ce village adossé aux monts du Vaucluse, perché au cœur du Lubéron et sans surprise classé parmi les plus beaux villages de France. Suspendue à cette falaise depuis le XVIème siècle, une ancienne demeure seigneuriale ne passe pas inaperçue.

C’est la Bastide de Gordes qui surplombe la vallée et abrite un luxueux hôtel doté d’un spa de toute beauté. Lorsqu’il a fait peau neuve, en 2017, c’est de l’abbaye de Sénanque, toute proche, qu’il s’est inspiré. L’ambiance y est d’ailleurs monacale. On y déambule dans des couloirs de pierre blonde de Bourgogne. En silence. Un tunnel a même été creusé dans le rocher pour éviter au client de l’espace bien-être de devoir passer en peignoir par la réception lorsque, de la chambre il est temps de rejoindre le spa Sisley, vaste espace de 1 600 mètres carrés.

On ne peut le nier : la volonté de conserver le côté historique au lieu est bien affirmée. Le style est épuré comme on aime. Une ambiance toutefois étonnamment moderne pour un bâtiment cistercien du XIIème siècle.

Pour réaliser ces travaux de rénovation, le groupe Airelles Collection, qui détient outre la Bastide de Gordes, mais aussi Les Airelles à Courchevel et le Pan Deï Palais à Saint-Tropez, aura investi quelque 35 millions d’euros. Pas surprenant dès lors qu’il ait fait de cet ensemble de maisons de pierres du XVIe siècle, un véritable bijou. Un lieu magique où l’on ne peut que tomber sous le charme des jardins méditerranéens plantés d’oliviers qui, à l’arrière, offrent une vue imprenable sur la vallée. Devenue propriété de Stéphane Courbit en 2014, La Bastide fait partie des Hôtels et Maisons d’Exception d’Airelles.

Des réceptionnistes aux voituriers, en passant par les femmes de chambres ou encore le personnel du restaurant, tous les collaborateurs portent des costumes typiquement provençaux, correspondant chacun à leur fonction. Une petite touche maison, clin d’œil sympathique dans ce décor habité de meubles, de tableaux, d’antiquités et d’objets en tous genres chinés au gré des brocantes. On se croirait dans une de ces belles demeures où le temps s’est arrêté. Où savourer la douceur de vivre provençale. Tout simplement.

AUX PETITS SOINS

Pour compléter le tableau idyllique et s’évader le temps d’un soin, le spa avec vue sur le Luberon propose même des soins en extérieur, permettant de profiter du paysage en toute discrétion… Qui n’a jamais rêvé d’un massage en terrasse sous les oliviers ?

À l’intérieur, baigné par la lumière naturelle, l’espace offre quatre cabines dédiées aux soins du visage et du corps, un hammam, un sauna, des douches sensorielles, une splendide piscine intérieure, une salle de fitness, et même des cours de yoga, de pilates ou de méditation sur le rooftop du spa…

En haute saison, une dizaine de praticiennes délivrent les soins, soit avec les cosmétiques Sisley soit avec des phytocosmétiques, alliant efficacité et plaisir.

"Le spa est complémentaire des plaisirs de la table, explique Madeleine Munier, la jeune et toujours souriante directrice générale. Ma mission est de tout faire pour que chaque hôte vive une parenthèse heureuse, se ressource, lâche prise et profite de l’existence".

Au Pan Deï Palais aussi

Une philosophie et un état d’esprit que l’on peut retrouver dans une autre maison du groupe, le Pan Deï Palais à Saint-Tropez. Magnifique demeure discrètement située rue Gambetta, à quelques pas du célèbre marché, ce palace intimiste et convivial - avec ses douze chambres - séduit dès l’entrée, décorée d’objets rappelant des voyages aux confins de l’Inde. On s’amuse de voir ces objets détournés, comme une lampe à huile en cendrier.

Côté bien-être, le Pan Deï Palais propose des massages en tous genres, y compris à la balle de golf. Mais aussi, à l’ombre des palmiers et des bananiers, des séances de yoga autour de la piscine à fond amovible, qui se transforme en piste de danse une fois le soir venu. Magique.

L. D. à Gordes