Valérie De Bue nous l’assurait la semaine dernière, le tourisme wallon s’est bien porté cet été, à quelques exceptions près. Des tendances désormais confirmées par des chiffres émis par l’Observatoire wallon du Tourisme du Commissariat général au Tourisme. Celui-ci s’est basé sur un formulaire en ligne rempli par 2274 opérateurs touristiques interrogés entre le 1er juillet 2020 et le 25 août 2020.

Et le premier chiffre est éloquent : 81 % des touristes qui ont visité la Wallonie cet été étaient Belges. “C’est une augmentation de 20 % par rapport à l’été dernier. Les touristes, cet été, étaient majoritairement wallons”, indique l’Asbl Wallonie Belgique Tourisme.

Une autre tendance spéciale 2020, c’est que les Belges étaient aussi nombreux en juillet qu’en août. Parmi les touristes étrangers, 9 % sont venus de la France et 6 % des Pays-Bas.

D’autre part, la durée des séjours en Wallonie a grimpé en flèche, pour atteindre une moyenne de 1 à 2 semaines par réservation pour les gîtes et hébergements de terroir. “Le taux d’occupation des campings et des hôtels a été stable par rapport à l’été 2019. Il est de 65 % pour les hôtels et de 72 % pour les campings. Les gîtes et les hébergements de terroir ont connu un beau succès selon Ardennes Étape. Les gîtes de l’opérateur affichent pour les mois de juillet et août un taux d’occupation de 97 %”, poursuit l’opérateur.

Et comme partout en Europe, les destinations naturelles et moins touristiques ont eu la cote. “Les touristes, cet été, ont privilégié les balades en nature et la découverte des grands espaces. D’ailleurs, le nombre de visiteurs dans les attractions a diminué de 21 % par rapport à l’été 2019. Ce sont surtout les grosses infrastructures qui subissent une diminution des visiteurs. Les mesures de contingentement et les fortes chaleurs ont sans doute fait reculer certains touristes, estime-t-on. 37 % des attractions touristiques ont tout de même enregistré une hausse de visiteurs par rapport à l’an dernier. Il s’agit surtout de petites et moyennes infrastructures.

De quoi réjouir la ministre wallonne du tourisme, Valérie De Bue. “C’est le fruit du travail soutenu des opérateurs touristiques et le résultat de leur mobilisation autour d’une image unique du tourisme wallon. Je tiens à les remercier et à souligner leur résilience et leur capacité d’innovation pour contourner les aléas provoqués par la crise”, lance-t-elle.

Évidemment, il est clair que cette saison d’été ne suffira pas à compenser les pertes liées à la période de confinement mais elle est très encourageante pour les opérateurs touristiques qui préparent déjà la saison d’automne. Ainsi, 61 % d’entre eux ont des réservations pour le mois d’octobre, 45 % pour le mois de novembre et 43 % pour le mois de décembre.