Le modèle économique du low-cost serait voué à disparaître...

Avec la crise engendrée par le Covid-19, le trafic aérien a été fortement perturbé. Logiquement, cette situation difficile aura un impact considérable sur ce secteur dans les années à venir. C'est ce qui était avancé dans un article de la DH il y a une dizaine de jours. Sur le plateau de Jean Jacques Bourdin, animateur star de RMC-BFMTV, le secrétaire d’État français aux Transports a confirmé cette tendance pour tous les européens. "Les billets d’avion à 10 euros, ce n’est plus possible”, commence Jean-Baptiste Djebbari. “On a laissé prospérer en Europe des modèles qui sont des modèles datés qui, honnêtement, ont fabriqué des précaires dans le travail et je crois que dans le monde d’après, ce n’est plus possible” ajoute-t-il.

Le Français a avoué travailler d'arrache-pied pour “lutter contre le dumping social et fiscal dans les transports aériens et maritimes” avec ses collègues allemand, italien, espagnol et néerlandais et évoque "une session de travail". Afin de combattre ce phénomène, l'Autriche a déjà pris les devants. Leonore Gewessler (Verts), la ministre de l'Environnement de ce pays, a décidé "qu'il ne sera plus possible de proposer des billets dont le prix est inférieur aux taxes et aux frais réels” Aujourd'hui, le billet minimum en Autriche se situe aux alentours de 40 euros. “Il n’y aura plus à l’avenir de tickets à bas coût sur le dos du climat et des salariés", avait-elle assuré.