Vacances, j’oublie tout. Plus rien à faire du tout. Même si ce tube du groupe Elegance date (déjà…) de 1982, il réveille toujours en nous cette envie d’évasion, de prendre le large et d’aller chercher le soleil. Il est des destinations qui chantent à l’oreille rien qu’en les évoquant. Perpignan, cela sonne bien et cela (r) avive des souvenirs de terrasses, de sable fin, de vins de qualité et d’une forme d’art de vivre.

À plus de 1.000 kilomètres de Bruxelles, la Catalane, c’est son surnom (Barcelone est sa cousine proche), fait le plein de touristes durant l’été. "Les Belges constituent nos meilleurs clients", relate Marie-Claire Baills, la directrice générale de Perpignan Méditerranée Tourisme.

Une destination qui grimpe au hit-parade de nos compatriotes entre autres grâce à la liaison régulière en avion (deux à trois fois par semaine via Brussels South - Charleroi). En une heure trente, vous passez du ring de la capitale aux Rois de Majorque, au Rivesaltes et à la plage de Collioure.

"Selon une récente étude d’Airbnb, Perpignan et ses environs sont la 7e destination la plus tendance cette année. Nous revendiquons haut et fort notre hospitalité et l’authenticité de notre terroir. Entre terre et mer mais aussi entre mer et montagne. En effet, à certaines périodes de l’année, vous pouvez skier dans la journée (les stations du Canigou sont à une heure de la côte) et siroter un cocktail sur la plage en fin d’après-midi."

Perpignan alimente sa spécificité. Pas par opportunisme mais par lien indéfectible avec son passé et son histoire.

© D.R.

"Jadis, les stations balnéaires se sont développées pour accueillir les ouvriers qui pouvaient profiter de leurs premiers congés payés. Le littoral propose 22 kilomètres de sable fin comme Port Barcarès, Canet-en-Roussillon, Port Vendres ou encore Cerbère. Nous sommes fiers de rester une destination accessible avec un bon rapport qualité prix. Nous sommes ni la côte d’Azur plus bling bling ni la côte basque plus bourgeoise."

Avec plus de 300 jours d’ensoleillement par an, il y fait bon venir à d’autres périodes que l’été où la côte fait le plein. Juin et septembre sont des mois très prisés par les gens qui n’ont pas d’enfant ou avec des enfants qui ne sont pas encore scolarisés.

Qui dit France dit cuisine et vins. La région abrite vingt-huit appellations AOC dont le vin doux naturel qui a fait la réputation à travers le monde de Riveslates entre autres. Mais aussi des spécialités locales, forcément le poisson est à l’honneur, à déguster. Contrairement aux vins, la modération n’est pas de rigueur.

© D.R.

Si vous souhaitez allier farniente et culture, ce ne sont pas les musées ni les châteaux qui manquent. Avec cette lumière qui enjolive les paysages, pas étonnant que des peintres comme Picasso ou Duffy y ont installé leur chevalet pour capturer le temps.

Pour les amateurs de vélo, la région ne manque pas d’attrait. Avec du dénivelé qui peut faire mal aux jambes.

Mais personne ne vous blâmera si vous optez pour le séjour transat-terrasse. Ce sont les vacances non ?

Renseignements sur www.perpignanmediterraneetourisme.fr