Au coeur des Alpes qui grimpent et se hérissent de pics. Les amateurs de l’architecte et designer française Charlotte Perriand se préparent alors à voir, en vrai, la proposition architecturale qu’elle fit à la station en 1966, dans un contexte de toujours plus grande démocratisation des vacances familiales. Voilà que l’on passe le long des architectures en biseau pensées par Perriand pour les familles modernes en villégiature…

Et ce n’est que très logiquement que le Club Med ait voulu installer l’un de ses villages en ces lieux, clin d’œil aux vacances pour tous dans un lieu qui marque les esprits ­ - deux éléments de la philosophie du Club à ses origines.

Encore une poignée de mètres à monter, au-delà des Arcs 1600, et c’est le Panorama qui se laisse découvrir. Le village est comme à cheval sur la haute montagne. D’où que l’on regarde, appuyé à la rambarde de la terrasse des Pierres Blanches, ou depuis le restaurant des Gourmets, au 11e étage, la montagne est un papier peint en relief, une chambre avec vue continuelle qui donne la sensation d’être posé à flanc de montagne, en compagnonnage avec les sommets.

C’est exactement ce que recherche le Club : donner un sentiment d’exclusivité à ses fidèles GM (entendez Gentils Membres, dans la langue Club Med), mâtinée d’une sensation de liberté qu’on attend des vacances.

Sur place, l’esprit est au lâcher-prise dans un contexte rassurant. Le Club, qui a rouvert tout récemment dans un cadre sécurisé (des consignes sanitaires présentes mais pas envahissantes) peut accueillir 70 % de sa jauge habituelle cet été 2020, pour laisser bien assez de place aux GM, et ne pas devoir toujours penser à la question de la distanciation sociale. Quant aux activités, elles mettent en place les conditions idéales pour avoir le sentiment de sérénité qu’on espère des vacances, après une année à l’odeur de renfermé. D’ailleurs, au moment où nous y étions, 95 % des GM filaient dans le paysage à la découverte de la nature, après le petit-déjeuner.

Le "tout inclus", qui demeure la signature historique du Club Med, a cependant observé une augmentation de gamme - depuis l’arrivée d’Henri Giscard d’Estaing à la barre. Si bien qu’on ne se pose pas de question sur le contenu de ses vacances, si ce n’est, peut-être : comment parvenir à goûter à tout ce qui nous permet de prendre un bol d’air frais ?