Comme depuis le début de la pandémie, les Belges s’adaptent quand de nouvelles mesures sont appliquées. Vendredi dernier, le comité de concertation a décrété une interdiction des voyages vers l’étranger, sauf pour des cas bien spécifiques. Si les skieurs avaient perdu espoir de voir les remontées mécaniques mises en marche en France, nombreux étaient ceux qui espéraient pouvoir changer d’air.

Ils devront donc se contenter de la Belgique durant les vacances de carnaval, et le message semble bien passé, surtout du côté flamand. Ainsi, le site de réservation de logements Ardennes-Etape indique que la grande majorité de ses 1.200 logements a déjà trouvé preneur. Il s’agirait en majorité de clients venus du nord du pays qui profitent également de la semaine de “refroidissement” décrété dans les écoles flamandes. Pour rappel, tous les cours seront donnés à distance pour ralentir l’épidémie et les nouveaux variants.

Du côté des Gîtes et Chambres d’hôtes de Wallonie, on est aussi à la fête, même s’il reste plus de disponibilités. “On sent que les gens se rabattent vers des gîtes, mais notre taux de remplissage n’est “que” de 60 % pour le moment, explique Khevyn Torres, porte-parole du groupement. Mais on s’attend clairement à une hausse des réservations dans les prochains jours compte tenu de l’interdiction d’aller à l’étranger.

Une situation qui est donc positive, comme c’était déjà le cas durant l’été, les vacances de Toussaint et celles de Noël. “En effet, mais il faut aussi mettre dans la balance les gîtes de grande capacité qui ne profitent pas de ces nouvelles mesures à cause de la bulle très restreinte qui reste d’application jusqu’au 1er mars, rappelle-t-il. Certains propriétaires baissent leurs tarifs pour accueillir des familles de 5, 6 ou 7 personnes, mais il faut évidemment que cela reste rentable. Pour certains, il vaut mieux rester fermer que de louer à perte.

Et en ce qui concerne les vacances de Pâques, les réservations sont encore timides. “On estime que 20 % des logements sont déjà loués, indique-t-il. Les vacances de Pâques sont encore loin et les gens attendent surtout les prochaines mesures qui seront mises en place. Comme depuis le début de la crise, les réservations se font surtout en last minute. Même si les propriétaires sont très souples au niveau des remboursements et reports, les Belges préfèrent ne pas engager d’argent trop vite.