Attentat de Grand-Bassam en Côte d'Ivoire: dix condamnations à perpétuité, dont 6 par contumace

<p>Les effets personnels des victimes abandonnés sur la plage de Grand Bassam le 14 mars 2016, au lendemain de l'attaque jihadiste qui a fait 19 morts</p>

La cour d'assises d'Abidjan a condamné mercredi à la prison à perpétuité dix accusés, dont six par contumace, pour l'attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en Côte d'Ivoire, qui avait fait 19 morts en mars 2016, dont des Européens.

La cour a reconnu les accusés, tous Maliens, "coupables des faits qui leur sont reprochés et les condamne a l'emprisonnement à vie", a déclaré le juge Charles Bini. Le tribunal a suivi le réquisitoire du procureur de la République Richard Adou il y a une semaine.

Les quatre accusés présents, Hantao Ag Mohamed Cissé, Sidi Mohamed Kounta, Mohamed Cissé et Hassan Barry, étaient accusés d'avoir été complices de cette attaque en aidant ceux considérés comme ses cerveaux - absents du procès - notamment dans le repérage des lieux, ce qu'ils ont nié.

D'autres sont en fuite ou détenus au Mali, dont six ont également été condamnés à perpétuité par contumace.

<p>Quatre des accusés de l'attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, à l'ouverture de leur procès à Abidjan, le 30 novembre 2022</p>

Parmi eux, figure Mimi Ould Baba Ould El Moktar, arrêté en janvier 2017 par les soldats de la force française Barkhane: il est considéré par les autorités ivoiriennes comme un des cerveaux de l'attentat de Grand-Bassam, et par les autorités burkinabè comme le "chef des opérations" d'une autre attaque qui avait fait 30 morts à Ouagadougou en janvier 2016.

Un mandat d'arrêt international a été lancé par la cour à l'encontre de Kounta Dallah, présenté lui comme "le cerveau opérationnel" de l'attaque en Côte d'Ivoire.

Tous étaient accusés "d'actes terroristes, assassinat, tentative d’assassinat, recel de malfaiteurs, détention illégale d’armes à feu et de munitions de guerre et de complicité desdits faits".

"Mon sentiment est mitigé", a déclaré l'un des avocats de la défense, Eric Saki: "je suis heureux pour ceux qui ont été totalement blanchis, mais je suis triste pour les quatre personnes qui, pour moi, auraient dû bénéficier également de la décision d’acquittement".

- "Horreur et barbarie" -

"Il faut décourager les adeptes de ces actes terroristes", avait déclaré le procureur au cours de son réquisitoire, ajoutant: "Nous avons été confrontés à l'horreur et la barbarie".

A l'ouverture du procès le 30 novembre, l'un des accusés, Mohamed Cissé, avait reconnu "avoir travaillé avec Kounta Dallah comme chauffeur, mais je n'étais pas au courant de sa sale besogne".

Le 13 mars 2016, trois jeunes assaillants avaient remonté la plage de Grand-Bassam, très fréquentée par des étrangers, puis pris d'assaut plusieurs restaurants, tirant à la kalachnikov sur des clients en terrasse avant d'être abattus par les forces de sécurité ivoiriennes.

<p>Les services de secours évacuent les victimes de l'attaque jihadiste sur la plage de Grand Bassam, le 13 mars 2016</p>

Revendiquée par la branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), cette attaque jihadiste, la première survenue en Côte d'Ivoire, avait fait 19 morts, dont quatre Français.

Neuf Ivoiriens, un Libanais, une Allemande, une Macédonienne, une Malienne, une Nigériane et une personne non identifiée avaient également été tués lors de l'attentat et 33 personnes de diverses nationalités blessées.

Au cours du procès, de nombreux témoins de l'attaque, dont le patron d'un des hôtels ciblés et un membre des forces spéciales qui ont abattu les assaillants, sont venus raconter la journée du 13 mars 2016 à la barre.

Perpétrée en représailles aux opérations antijihadistes Serval et Barkhane menées par la France et ses alliés dans la région du Sahel, l'attaque de Grand-Bassam visait aussi la Côte d'Ivoire qui avait livré des membres d'Aqmi aux autorités maliennes.

<p>Des policiers ivoiriens escortent quatre accusés liés à l'attentat jihadiste de Grand-Bassam, le 22 décembre 2022, à Abidjan</p>

En 2020 et 2021, les forces de défense et de sécurité ont été ciblées par des attaques meurtrières attribuées à des groupes jihadistes dans le nord de la Côte d’Ivoire, qui n’a cependant plus connu d’attentats contre des civils depuis celui de Grand-Bassam.

L'attaque a durement éprouvé le secteur du tourisme dans ce pays, déjà fragilisé par la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait quelque 3.000 morts.

Elle a aussi illustré la crainte déjà présente en 2016 d'une extension de la violence jihadiste dans le Sahel aux pays du golfe de Guinée.

© 2023 AFP Internet. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP Internet. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP Internet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be