Israël: Yoav Gallant, ministre de la Défense proche des colons

<p>Yoav Gallant lors d'un point presse non loin de la bande de Gaza le 26 mars 2010</p>

Proche de Benjamin Netanyahu, le nouveau ministre de la Défense israélien Yoav Gallant est un militaire de carrière connu pour son soutien à la colonisation juive en Cisjordanie occupée, territoire palestinien théâtre cette année d'une recrudescence des violences.

Ancien général, M. Gallant a soutenu les projets de colonisation depuis son entrée en politique exigeant notamment l'an dernier la légalisation des colonies sauvages, non reconnues officiellement par le gouvernement israélien, lors d'une visite en Cisjordanie.

"Yoav Gallant est un homme qui a beaucoup agi pour le développement des localités de Judée-Samarie", nom donné par Israël à la Cisjordanie, a réagi à sa nomination Shlomo Neeman, président du Conseil de Yesha, principale organisation représentant les colons locaux.

Né en 1958 à Jaffa, près de Tel-Aviv, ce fils de juifs polonais rescapés de la Shoah a fait une longue carrière dans l'armée, obtenant le grade de général en 2002 et devenant l'attaché militaire du Premier ministre Ariel Sharon.

Officier dans les commandos de marine de la "Shayetet-13" (Flottille-13), il avait participé à une opération au Liban en 1978 contre le mouvement palestinien Fatah, durant laquelle de nombreux combattants palestiniens avaient été tués par les soldats israéliens.

De 1982 à 1984, il avait pris une pause de l'armée pour devenir bûcheron en Alaska.

Commandant de la division militaire contrôlant la bande de Gaza à la fin des années 90, il a été plus tard commandant en chef de la région sud, notamment au moment du retrait unilatéral de l'armée et l'évacuation des colons de la bande de Gaza à l'été 2005.

A cette fonction, le général Gallant avait commandé l'opération "Plomb durci" dans la bande de Gaza fin 2008, début 2009, fatale à 1.440 Palestiniens et 13 Israéliens et qui avait valu à Israël d'être accusé par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU de possibles "crimes de guerre".

Nommé chef d'état-major en 2010, Yoav Gallant avait finalement été écarté de ce poste avant sa prise de fonctions à la suite d'allégations par la presse d'appropriation illégale de terrains, une affaire qui n'avait toutefois pas débouché sur des accusations formelles.

<p>Yoav Gallant lors d'un point presse non loin de la bande de Gaza le 26 mars 2010</p>

Ce fut finalement Benny Gantz, auquel il succède jeudi au poste de ministre de la Défense, qui avait alors été nommé chef d'état-major à sa place.

Après son départ de l'armée en 2012, M. Gallant était devenu directeur d'une société de forage appartenant au magnat franco-israélien Beny Steinmetz mais avait démissionné en 2014, se lançant en politique.

Député en 2015 puis ministre du Logement sous l'étiquette du parti de centre-droit Koulanou, il a rejoint la formation de droite Likoud en 2019 et est devenu ministre de l'Immigration, puis de l'Education, dans les gouvernements de Benjamin Netanyahu.

"Je me suis préparé pendant des années à ce poste important: la défense de la sécurité de l'Etat d'Israël et de ses citoyens", a commenté, après sa nomination, M. Gallant qui hérite d'une situation tendue en Cisjordanie, théâtre en 2022 des plus importantes violences depuis la fin de la Seconde intifada, soulèvement palestinien de 2000-2005.

© 2023 AFP Internet. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP Internet. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP Internet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be