Salves de missiles russes et coupures de courant en Ukraine avant le Nouvel An

<p>La ville ukrainienne de Mykolaïv (sud) dans la pénombre après des frappes russes, le 29 décembre 2022</p>

L'Ukraine a dénoncé des frappes "massives" de missiles russes qui ont selon elle fait trois morts et des dégâts importants à ses infrastructures énergétiques jeudi matin, entraînant de nouvelles coupures de courant massives à la veille des fêtes du Nouvel An.

Ces frappes ont fait "3 morts et 6 blessés, dont un enfant", a indiqué jeudi soir le ministre de l'Intérieur ukrainien Denys Monastyrskyi à une télévision locale.

Dans ce contexte de bombardements, et d'activation de la défense antiaérienne ukrainienne, le Bélarus, plus proche allié de Moscou, a de son côté affirmé avoir abattu au-dessus de son territoire un missile de défense anti-aérienne S300 provenant "du territoire ukrainien".

Les autorités bélarusses ont diffusé les images de fragments tombés dans un champ de la région de Brest près du village de Gorbakha, dans le sud-ouest du pays. Elles ont convoqué l'ambassadeur d'Ukraine pour protester et réclamer une enquête.

L'Ukraine a répliqué dans la soirée qu'elle n'excluait pas une "provocation délibérée" de la Russie qui aurait orienté ses missiles de croisières de manière à provoquer leur interception au-dessus du Bélarus pour "impliquer le Bélarus dans sa guerre".

Selon l'armée ukrainienne, 54 des 69 missiles de croisière tirés par la Russie ont été abattus, de même que 11 drones explosifs Shahed, de fabrication iranienne.

Mais les tirs qui ont touché leurs cibles ont provoqué de nouveaux dégâts à travers le pays sur un réseau électrique déjà très endommagé par près de trois mois de bombardements de ce type.

- Dégâts importants -

<p>Des traînées de missiles sont vues dans le ciel au-dessus de Kiev, en Ukraine, le 29 décembre 2022</p>

"Malheureusement, en raison de dégâts importants sur le réseau, il nous est difficile de fournir de l'électricité aux régions de Kharkiv, Kiev, Odessa, Mykolaïv, Kherson et Lviv", a déploré le patron de l'opérateur Ukrenergo, Volodymyr Koudrytskiï, à la télévision ukrainienne.

Mais "l'ennemi n'a pas atteint son objectif: le système fonctionne" et "une partie a (déjà) été restaurée", a-t-il ajouté.

Les coupures de courant se sont multipliées dans le pays, alors que des millions de civils ukrainiens vivent déjà depuis des semaines, en plein hiver, avec une électricité fortement rationnée et des problèmes d'eau courante et de chauffage.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a dénoncé des frappes d'une "barbarie insensée" lancées contre "des villes ukrainiennes pacifiques juste avant le Nouvel An".

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a fustigé sur Twitter une attaque qui "détruit sans discernement les infrastructures et les installations médicales, cible et tue délibérément des civils".

Dans la région de Kharkiv (est), c'est "un homme de 50 ans" qui a été tué à la suite de tirs russes, selon le gouverneur Oleg Synegoubov.

- "Nous devons tenir" -

Après une série de revers militaires sur le terrain à la fin de l'été et à l'automne, le Kremlin a changé de tactique et commencé en octobre à frapper régulièrement les transformateurs et centrales électriques de l'Ukraine.

"Nous devons tenir, c'est la guerre, nous devons survivre et gagner", a dit à l'AFP Iryna Ivaneyko, conductrice de tramway à Lviv, la grande ville de l'ouest de l'Ukraine qui était jeudi à 90% privée d'électricité. Dans la région du même nom, 282 localités étaient également sans courant.

A Kiev, 40% des habitants étaient sans électricité dans la journée.

<p>Carte de la situation en Ukraine au 29 décembre à 8h GMT</p>

Selon un responsable militaire, la défense antiaérienne a pu abattre la totalité des 16 missiles qui ont visé la capitale. Mais des débris sont tombés sur des habitations et un terrain de jeu, faisant trois blessés dont une jeune fille de 14 ans, selon les autorités municipales.

Dans le quartier de Bortnytchi, une demi-douzaine de maisons ont subi des dégâts, selon un journaliste de l'AFP. Dans une rue gisaient des amas de câbles, de planches et de briques.

A Odessa, grand port du sud-ouest, 21 missiles ont été abattus par la défense antiaérienne ukrainienne, selon le gouverneur Maksym Martchenko. Mais d'autres ont touché leur cible, provoquant là aussi des coupures de courant.

- La Russie déterminée -

Le président russe Vladimir Poutine a justifié début décembre cette tactique de frappes massives affectant des millions de civils, en réponse selon lui à des attaques ukrainiennes contre des infrastructures russes.

Il présente en outre toujours son invasion de l'Ukraine, qui dure depuis plus de 10 mois, au prix de lourdes pertes, comme "une nécessité", assurant que l'Occident se servait de l'Ukraine comme d'une tête de pont pour menacer la Russie.

Encore mercredi, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a estimé que la guerre en Ukraine avait été "préparée par l'Occident".

Sur le terrain, les combats continuent de faire rage, avec une bataille particulièrement sanglante pour Bakhmout, ville de l'est que la Russie tente de conquérir depuis des mois, et Kreminna, que les forces ukrainiennes tentent de reprendre.

Kherson, grande ville du sud d'où les forces russes ont fui le 11 novembre, est désormais la cible de frappes russes presque quotidiennes.

En Russie, la défense antiaérienne a abattu jeudi un drone dans la région de la base militaire clé d'Engels, selon les autorités régionales. Engels, située à 500 kilomètres de la frontière ukrainienne avait déjà selon Moscou été frappée lundi par une attaque meurtrière au drone attribuée à l'Ukraine.

© 2023 AFP Internet. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP Internet. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP Internet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be