Le Vatican diffuse les premières photos du corps de Benoît XVI

<p>Cette photo publiée le 1er janvier 2023 par le bureau de presse du Vatican montre la dépouille du pape émérite Benoît XVI reposant dans une chapelle d'un monastère au Vatican.</p>

Le Vatican a diffusé dimanche les premières photos du corps de Benoît XVI, décédé samedi à 95 ans et dont la mémoire a de nouveau été saluée par son successeur François.

On y voit le défunt pape allongé sur un catafalque, vêtu de rouge (la couleur du deuil papal) et coiffé d'une mitre blanche ornée d'une ganse dorée, un chapelet dans les mains.

Le catafalque est placé au centre d'une petite chapelle privée du monastère où il vivait depuis sa renonciation en 2013, situé au coeur des jardins du Vatican. Un crucifix, un sapin de Noël et une crèche sont visibles dans l'arrière-plan.

<p>Cette photo publiée le 1er janvier 2023 par le bureau de presse du Vatican montre la dépouille du pape émérite Benoît XVI reposant dans une chapelle d'un monastère au Vatican.</p>

Des cardinaux ont également prié devant le corps de Joseph Ratzinger, selon une photo publiée sur les réseaux sociaux.

"Nous confions le bien-aimé pape émérite Benoît XVI à la très sainte Mère (la Vierge Marie) pour qu'elle l'accompagne de ce monde vers Dieu", a déclaré le pontife argentin dimanche lors d'une messe à la basilique Saint-Pierre de Rome.

- "Un grand homme" -

<p>Le pape François devant des fidèles catholiques le 1er janvier 2023, au Vatican, au lendemain de la mort de son prédécesseur Benoît XVI.</p>

A la mi-journée, le pape a de nouveau rendu hommage à "ce fidèle serviteur de l'Évangile et de l'Église", à l'occasion de la prière hebdomadaire de l'Angélus. Il s'exprimait depuis la fenêtre du palais apostolique devant quelque 40.000 fidèles rassemblés sous le soleil, place Saint-Pierre. Il a ensuite observé un moment de silence.

"Je le respecte beaucoup : c'était un grand homme, simple et humble", a confié à l'AFP Paola Filippa, une professeure italienne de 58 ans présente dans la foule.

Brillant théologien et fervent gardien du dogme, Benoît XVI, qui avait annoncé renoncer à sa charge à cause de ses forces déclinantes, s'est éteint paisiblement samedi matin.

Les funérailles célébrées par François pour son prédécesseur, à la tête de l'Eglise catholique de 2005 à 2013, constitueront un événement inédit dans l'histoire deux fois millénaire de l'Eglise catholique.

"Nous envisageons de venir" pour cet enterrement, pour lequel "énormément de personnes viendront de l'étranger", a confié à l'AFP Luca Scotti, un Romain de 58 ans présent dimanche place Saint-Pierre.

Le public pourra déjà se recueillir de lundi matin à mercredi soir devant le corps de Joseph Ratzinger, qui sera transféré de la chapelle ardente à la basilique Saint-Pierre. Le premier pape allemand de l'Histoire moderne sera inhumé dans une crypte de la basilique après ses obsèques.

- "Principes" -

Du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres aux présidents français Emmanuel Macron et russe Vladimir Poutine, les hommages de dirigeants du monde entier se sont multipliés samedi.

<p>Portrait de l'ancien pape Benoît XVI</p>

"On s'en souviendra comme d'un théologien réputé, guidé par ses principes et sa foi, et dont la vie entière a été consacrée à sa dévotion envers l'Eglise", a déclaré le président américain Joe Biden.

Son décès met fin à la cohabitation insolite de deux hommes en blanc: d'un côté l'Allemand Joseph Ratzinger, brillant théologien peu à l'aise avec les bains de foule, de l'autre l'Argentin Jorge Bergoglio, jésuite doté d'une parole incisive qui a voulu remettre les pauvres et les migrants au centre de la mission de l'Eglise.

Après ses huit ans d'un pontificat marqué par de multiples crises, Benoît XVI avait été rattrapé début 2022 par le drame de la pédocriminalité dans l'Eglise. Mis en cause par un rapport en Allemagne sur sa gestion des violences sexuelles lorsqu'il était archevêque de Munich, il était sorti de son silence pour demander "pardon" mais avait assuré n'avoir jamais couvert de pédocriminel.

Avec sa renonciation, inédite en six siècles, Benoît XVI a ouvert la voie à ses successeurs dont les forces viendraient à décliner.

- VIH et Vatileaks -

François, âgé de 86 ans et souffrant de douleurs au genou, a lui-même laissé "ouverte" cette possibilité. Il a révélé en décembre avoir d'ores et déjà signé une lettre de démission au cas où sa santé l'empêcherait d'assumer son rôle.

Né en 1927, Joseph Ratzinger a enseigné la théologie durant 25 ans en Allemagne avant d'être nommé archevêque de Munich.

Il est ensuite devenu le strict gardien du dogme de l'Eglise durant un autre quart de siècle à Rome à la tête de la congrégation pour la doctrine de la foi, puis pape pendant huit ans, succédant à Jean Paul II.

<p>Le pape Benoît XVI conduisant la prière du Rosaire à Fatima au Portugal, le 12 mai 2010</p>

Dernier pape à avoir participé au Concile Vatican II, il a toutefois défendu une ligne conservatrice à la tête de l'Eglise, notamment sur l'avortement, l'homosexualité ou l'euthanasie.

Ses déclarations ont parfois choqué, comme sur l'islam ou l'utilisation du préservatif contre le VIH.

Son pontificat fut également marqué en 2012 par la fuite de documents confidentiels ("Vatileaks") orchestrée par son majordome. Le scandale avait mis en évidence une Curie romaine (gouvernement du Vatican) minée par les intrigues et dénuée de rigueur financière.

© 2023 AFP Internet. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP Internet. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP Internet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...