Malgré le Covid en Chine, "la lumière de l'espoir est devant nous", affirme Xi Jinping

<p>Le président chinois Xi Jinping, photographié à Riyad (Arabie saoudite) le 8 décembre 2022</p>

Le président chinois Xi Jinping a assuré samedi que "la lumière de l'espoir est devant nous", au moment où son pays fait face à une explosion de cas de Covid-19 après la levée brutale des restrictions sanitaires.

Trois ans après l'apparition des premiers cas de coronavirus à Wuhan (centre), la Chine a mis fin sans préavis le 7 décembre à sa draconienne politique dite du "zéro Covid".

Depuis la levée des restrictions, les hôpitaux chinois sont submergés par une déferlante de malades pour la plupart âgés, des crématoriums sont débordés et nombre de pharmacies manquent de médicaments contre la fièvre.

"La prévention et le contrôle de l'épidémie sont entrés dans une nouvelle phase. Nous sommes toujours dans un moment difficile", mais "la lumière de l'espoir est devant nous", a dit Xi Jinping dans une allocution télévisée pour le Nouvel an.

Il s'agit du deuxième commentaire sur l'épidémie cette semaine de l'homme fort de Pékin.

Lundi, M. Xi avait appelé à prendre des mesures pour "protéger efficacement la vie de la population".

Le pays a rapporté samedi plus de 7.000 nouveaux cas positifs et un décès supplémentaire lié au Covid sur une population de 1,4 milliard d'habitants. Des chiffres largement minorés qui apparaissent en total décalage avec la réalité sur le terrain.

En dépit de ce rebond épidémique, les autorités vont cesser le 8 janvier les quarantaines obligatoires à l'arrivée en Chine et autoriser les Chinois à voyager à l'étranger, après trois ans de frustrations.

<p>Des employés portant des tenues de protection aident des voyageurs chinois à quitter le hall d'arrivée de l'aéroport international Fiumicino de Rome, près de Rome (Italie), le 29 décembre 2022</p>

Par précaution, plusieurs pays européens dont la France et l'Italie, ainsi que les Etats-Unis et le Japon ont annoncé qu'ils exigeraient des tests négatifs des passagers en provenance de Chine. Le Canada et le Maroc leur ont emboîté le pas

Dès le 5 janvier, Ottawa va exiger un test Covid négatif à tous les voyageurs arrivant de Chine. La mesure est "une réponse à la poussée de Covid-19 en République populaire de Chine et en raison du peu de données épidémiologiques et de séquençage du génome disponibles sur ces cas", a annoncé le gouvernement canadien, dans un communiqué.

Le Maroc préfère interdire purement et simplement l'entrée sur son territoire "à tous les voyageurs quel que soit leur nationalité" en provenance de Chine.

L'interdiction entrera en vigueur "à partir du 3 janvier et jusqu'à nouvel ordre", selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

- Réponse commune de l'UE -

De leur côté, les Etats membres de l'Union européenne doivent discuter mercredi d'une réponse commune à adopter, a annoncé samedi la Suède, qui assure à partir du 1er janvier la présidence semestrielle de l'UE.

Stockholm a indiqué avoir décidé d'activer l'IPCR, un outil qui permet au Conseil une réaction politique rapide dans les situations de crise.

<p>Des passagers parcourent un terminal de départ de l'aéroport international de Pékin (Chine), le 29 décembre 2022</p>

"Il est important que nous mettions en place des mesures rapidement", selon un communiqué du gouvernement suédois.

Les mesures de précaution prises par plusieurs Etats sont "compréhensibles" au vu du manque d'informations fournies par Pékin, a estimé le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Ce n'est pas l'avis de la branche européenne du Conseil international des aéroports (CIA) - qui représente plus de 500 aéroports dans 55 pays européens.

"Ces actions unilatérales sont en contradiction avec toute l'expérience et les preuves acquises au cours des trois dernières années", selon un communiqué.

"Imposer d'autres restrictions aux voyageurs en provenance de ce pays n'est ni justifié scientifiquement ni fondé sur le risque", estime le CIA.

<p>Un équipage d'Air China en tenue de protection arrive au terminal international de l'aéroport international de Los Angeles (Etats-Unis) le 3 décembre 2021</p>

Pékin assure que ses statistiques sur le Covid depuis le début de l'épidémie ont toujours été transparentes.

L'OMS a annoncé vendredi soir avoir rencontré des responsables chinois pour évoquer la flambée épidémique.

"L'OMS a de nouveau demandé le partage régulier de données spécifiques et en temps réel sur la situation épidémiologique, notamment davantage de données sur le séquençage génétique et sur l'impact de la maladie, y compris les hospitalisations, les admissions dans les unités de soins intensifs et les décès", a avancé l'agence sanitaire des Nations unies dans un communiqué.

Elle a aussi réclamé des données sur les vaccinations effectuées et le statut vaccinal, en particulier chez les personnes vulnérables et les plus de 60 ans, a ajouté l'OMS.

La politique "zéro Covid" a permis à la population chinoise depuis 2020 d'être largement protégée du virus, grâce à des tests de dépistage généralisés, un suivi strict des déplacements mais également des confinements et quarantaines obligatoires dès la découverte de cas.

Ces mesures, qui ont largement isolé la Chine du reste de la planète, ont porté un rude coup à la deuxième économie mondiale. Elles suscitaient ces derniers mois une frustration grandissante de la population et ont donné lieu à des manifestations inhabituelles contre le pouvoir.

© 2023 AFP Internet. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP Internet. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP Internet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be