"Farha", un film sur la souffrance des Palestiniens, inspiré de faits réels

<p>La Jordanienne Darin J. Sallam, qui réalisé le film "Farha", lors d'une interview avec l'AFP à Amman le 10 janvier 2023</p>

L'histoire de "Farha", inspirée de faits réels, n'est "qu'une goutte d'eau dans l'océan" des souffrances vécues par les Palestiniens en 1948, affirme à l'AFP Darin J. Sallam, la réalisatrice jordanienne du film, vivement critiqué en Israël.

Ce long métrage, sorti début décembre sur Netflix, a pour toile de fond la Nakba ("catastrophe" en arabe), que représente aux yeux des Palestiniens leur exode massif lors de la création de l'Etat d'Israël en 1948.

Il raconte l'histoire d'une adolescente palestinienne que son père cache dans le cellier de leur maison lors de l'attaque par des combattants juifs de leur village, d'où elle va assister, impuissante, à un massacre de civils.

Le film s'inspire d'une histoire vraie, celle d'une femme nommée Radiyé, explique la réalisatrice âgée de 35 ans, dont c'est le premier long métrage.

- "Etape charnière" -

"Radiyé avait été enfermée par son père qui craignait pour sa vie, et lorsqu'elle a enfin pu sortir de sa cachette, elle a gagné la Syrie. C'est là qu'elle a raconté l'histoire à ma mère", ajoute la réalisatrice, dont la mère est syrienne et le père originaire de Ramlé, une ville dont la plupart des habitants palestiniens ont dû fuir en 1948.

"Ma mère m'a transmis à son tour cette histoire et j'ai décidé d'en faire un film pour la partager", dit-elle.

Elle précise avoir "perdu tout contact depuis le soulèvement en Syrie (en 2011) avec cette femme" qui habitait dans le camp palestinien de Yarmouk, proche de Damas, dévastée par des combats pendant la guerre.

"Je voulais ouvrir les yeux du monde sur cette étape charnière dans l'histoire du monde arabe et du monde tout entier, montrer que cette terre avait un peuple, avec des gens qui avaient des rêves et des ambitions ", souligne Darin Sallam.

Le film a été tourné en Jordanie, qui compte une importante communauté palestinienne, notamment dans les localités d'Ajloun et de Fuheis, où les maisons ressemblent à celles du village palestinien où commence l'histoire de Farha, 14 ans.

L'adolescente rêve de poursuivre ses études et tente de convaincre son père, parle mariage avec ses amies, participe à la cueillette des figues... avant l'attaque du village.

<p>La Jordanienne Darin J. Sallam, qui réalisé le film "Farha", pointe du doigt dans un livre d'histoire le village de Lifta à l'époque de la Palestine mandataire, lors d'une interview avec l'AFP le 10 janvier 2023 à Amman</p>

"Je voulais faire un film humain, l'histoire d'une fille qui a dû abandonner ses rêves en raison d'évènements sur lesquels elle n'avait aucune prise", explique la réalisatrice.

Elle indique avoir voulu éviter les scènes de violence, à l'exception d'une, lorsque l'adolescente, cachée des jours dans le cellier, voit à travers une fente de la porte des membres de la Hagannah, noyau de l'armée de l'Etat hébreu, abattre de sang-froid une famille.

"Cette scène, qui a choqué le gouvernement israélien, n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan de souffrances de millions de Palestiniens lors de la Nakba", affirme la réalisatrice.

Lors d'une projection aux Etats-Unis, le film a réveillé des souvenirs chez des spectateurs.

"Une femme âgée de 80 ans qui a vu le film (...) m'a dit avoir vécu la Nakba et déclaré: +Farha, c'est moi+", raconte Mme Sallam.

- "Mensonges" -

En Israël, Avigdor Lieberman, qui était ministre des Finances au moment de la sortie du film sur Netflix, a condamné la plateforme pour avoir diffusé le film, dont "le seul objectif" selon lui est "d'inciter à la haine contre les soldats israéliens".

Son collègue à la Culture Chili Tropper est également monté au créneau, accusant le film de colporter "des mensonges".

Mais pour la réalisatrice, "nier la Nakba (...) c'est nier le drame de millions de personnes". "Mon propre père a vécu la Nakba, il avait six mois lorsque ses parents ont fui avec lui vers la Jordanie", ajoute Darin Sallam.

<p>La Jordanienne Darin J. Sallam, qui réalisé le film "Farha", lors d'une interview avec l'AFP à Amman le 10 janvier 2023</p>

Plus de 760.000 Palestiniens ont fui leurs villes et villages, dont plus de 400 ont été détruits par les forces juives durant la guerre de 1948. Leurs descendants sont notamment répartis entre la Jordanie, la Syrie et le Liban où beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés.

Primé dans plusieurs festivals internationaux, "Farha" n'est pas le premier film à susciter la controverse pour avoir abordé le sujet de massacres israéliens présumés en 1948.

Le réalisateur israélien Alon Schwarz a fait face en 2022 à des critiques virulentes après un documentaire sur un massacre présumé de Palestiniens dans un village.

© 2023 AFP Internet. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP Internet. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP Internet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be