Le Danemark vote sur son entrée dans la défense de l'UE après 30 ans d'exception

Viken KANTARCI
<p>Débat télévisé entre l'ex-Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen (g) et le chef du parti libéral Alex Vanopslagh sur l'entrée du Danemark dans la défense de l'UE le 31 mai 2022</p>

Sur fond de guerre en Ukraine poussant les pays européens à revoir leur politique de sécurité, les Danois se rendaient aux urnes mercredi pour décider de leur entrée dans la politique de défense de l'Union européenne, tournant ainsi la page à 30 ans d'exception.

Le oui est grand favori parmi les 4,3 millions de Danois appelés aux urnes, ayant progressé à plus de 65% d'intentions de vote dans le dernier sondage paru dimanche.

Les bureaux de vote fermeront à 20h00 (18h00 GMT) pour des résultats attendus en fin de soirée mercredi vers 23h00 (21h00 GMT).

A la mairie de Copenhague, les premiers votants s’affairaient déjà tôt dans la matinée pour déposer leur bulletin de vote.

"Je pense que ce genre de vote est encore plus important aujourd'hui. En temps de guerre, il est évidemment important d'affirmer si l'on veut rejoindre ce type de communauté ou non", ajoute Molly Stensgaard, scénariste de 55 ans.

Mais la prudence reste de mise du fait de la forte abstention attendue, dans un pays habitué à dire "nej" (non) aux référendums sur l'Europe, le dernier en 2015.

"Je ne pense pas que ce soit juste de faire ce vote maintenant parce que cela pousse beaucoup de gens à voter oui alors qu'ils seraient plus sceptiques envers l'Europe en temps normal", explique à l'AFP Nikolaj Jonsson, un étudiant en sociologie de 28 ans.

"Je vote oui de tout mon coeur" a annoncé la Première ministre danoise Mette Frederiksen en déposant son bulletin de vote à Vaerlose, sa ville de résidence, en périphérie de Copenhague.

"Même si le Danemark est un pays fantastique, le meilleur pays du monde à mes yeux, nous sommes toujours un petit pays, trop petit pour être seul dans un monde très, très incertain" a-t-elle ajouté.

Etat membre depuis 1973, le Danemark avait tiré le premier coup de canon de l'euroscepticisme en rejetant à 50,7% en 1992 le traité de Maastricht, du jamais vu à l'époque.

Pour lever le blocage - qui menaçait l'entrée en vigueur du traité fondateur dans toute l'Union européenne -, Copenhague avait obtenu une série d'exceptions, baptisées "opt outs" (options de retrait) dans le jargon européen, et le pays avait finalement dit oui dans un nouveau scrutin l'année suivante.

Depuis, le Danemark est resté hors de l'euro - rejeté par un référendum en 2000 - mais aussi de la politique européenne en matière d'affaires intérieures et de justice - à nouveau rejetée par référendum en 2015 - ainsi que de défense.

En vertu de cette dernière exception, le pays scandinave - membre fondateur de l'Otan - n'a ainsi pu participer à aucune mission militaire de l'UE.

Jadis marginale, la politique de défense des 27 a pris de l'ampleur ces dernières années, même si des idées d'armée européenne font encore figure de repoussoir pour de nombreuses capitales.

- Otan et UE -

Deux semaines après l'invasion de l'Ukraine, la Première ministre danoise avait annoncé un accord avec la plupart des partis du Parlement pour soumettre la fin de l'exception à un référendum, ainsi que d'importants investissements militaires pour franchir la barre des 2% du PIB souhaités par l'Otan.

Onze partis sur 14 ont appelé à voter oui, représentant plus des trois quarts des sièges au Parlement.

Les deux formations d'extrême droite eurosceptique du parti du Peuple danois (DF) et des Nouveaux conservateurs, ainsi que la formation de gauche radicale de la Liste de l'Unité, militent eux pour le non.

Avec la candidature historique de la Suède et de la Finlande à l'alliance atlantique et le référendum danois, les trois pays nordiques pourraient prochainement cumuler politique européenne de défense et participation à l'Otan.

Territoires autonomes du Danemark, ni le Groenland - qui est déjà hors de l'UE - ni les îles Féroé ne sont concernés par le scrutin.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be