L'enquête sur l'assaut du Capitole en six questions

Frankie TAGGART
<p>Des partisans du président américain Donald Trump rassemblés devant le Capitole, le 6 janvier 2021 à Washington</p>

Depuis près d'un an, un groupe d'élus du Congrès américain mène une enquête sur la responsabilité de Donald Trump dans l'assaut du Capitole le 6 janvier 2021.

Cette commission parlementaire commence jeudi à présenter ses conclusions lors d'une première audition publique, télédiffusée en première partie de soirée.

Un point sur leur enquête, en six questions.

- Qu'a fait la commission jusqu'ici?

Lors de ces auditions, la commission a promis "de fournir au peuple américain un résumé de ses conclusions sur la campagne coordonnée destinée à annuler les résultats de l'élection présidentielle de 2020 et à empêcher le transfert du pouvoir".

<p>Carte de la capitale américaine Washington localisant le Capitole, théâtre d'une intrusion de partisans du président Donald Trump et de violences le 6 janvier 2021</p>

Depuis le début de son enquête, la commission dite du "6 janvier", composée de sept démocrates et deux républicains, a entendu près de 1.000 témoins, dont deux enfants de l'ancien président, pour faire la lumière sur les faits et gestes de Donald Trump après l'élection de 2020.

Elle assure avoir épluché plus de 100.000 documents, dont des courriels, SMS et photos officielles de la Maison Blanche, et a envoyé une centaine d'assignations à témoigner.

Quatre des plus proches collaborateurs de Donald Trump et cinq élus républicains dont le chef des conservateurs à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, ont refusé de se plier à ces assignations.

- Qu'attendre des audiences?

SMS, documents officiels et vidéos à l'appui, une série d'avocats et de témoins clés présenteront les différents scénarios envisagés par Donald Trump et son entourage pour renverser le cours de l'élection présidentielle de 2020, jusqu'à l'assaut du Capitole le 6 janvier 2021.

<p>Le président américain Donald Trump sur une estrade, avant la prise d'assaut du Capitole par ses partisans, le 6 janvier 2021 à Washington</p>

Parmi ces différents scénarios, celui d'un projet de décret de la Maison Blanche qui ordonnait au plus haut responsable militaire du pays de saisir des machines électorales à travers le pays.

Les membres de la commission veulent aussi comprendre pourquoi Donald Trump a attendu 187 minutes avant d'appeler la foule qui attaquait le Congrès américain à rentrer chez elle.

- Qu'avons-nous appris jusqu'ici?

Certaines des preuves aux mains de l'enquête parlementaire ont déjà fuité ces derniers mois.

Parmi les documents les plus explosifs, une pluie de SMS entre Mark Meadows, le chef de cabinet de Donald Trump, et des célébrités conservatrices l'implorant de pousser le président à calmer la foule au Capitole.

<p>Heurts entre partisans du président américain Donald Trump et les forces de l'ordre devant le Capitole, le 6 janvier 2021 à Washington</p>

Des SMS fantasques envoyés par la femme du juge Clarence Thomas, le plus conservateur de la Cour suprême, à Mark Meadows, le suppliant de se battre contre les résultats de la présidentielle de 2020, ont aussi été diffusés: "Aidez ce grand président à tenir bon, Mark!!! (...) La majorité des gens savent que Biden et la gauche tentent le plus grand hold-up de l'Histoire", écrit Ginni Thomas dans un message.

- Comment suivre les auditions ?

Signe de l'importance que ces élus accordent à leurs révélations, la première audition est organisée jeudi à une heure de grande écoute: 20H00 locales (00H00 GMT vendredi). Des républicains y voient la preuve d'une démarche mise en scène dans un but politique.

<p>L'élue républicaine Liz Cheney (g) et le démocrate Jamie Raskin, membres de la commission du "6 janvier", le 19 octobre 2021 à Washington</p>

Pour cette première, la commission a convié à témoigner une agente de la police du Capitole, Caroline Edwards, "la première membre des forces de l'ordre à être blessée par les émeutiers" le 6 janvier, ainsi qu'un auteur de documentaire, Nick Quested, dont l'équipe a documenté l'assaut du Capitole.

Cet exposé initial sera complété jusqu'au 23 juin par cinq autres auditions dont la liste des invités n'a pas encore été rendue publique.

- Y aura-t-il des inculpations?

La commission dite du "6 janvier" n'a pas le pouvoir de procéder elle-même à des inculpations. Mais elle devrait remettre son rapport d'enquête final en septembre, transmettre des preuves à des procureurs fédéraux et peut recommander des poursuites.

<p>Des policiers immobilisent une manifestante devant le Congrès américain, le 6 janvier 2021 à Washington</p>

En parallèle, une foule d'agents fédéraux continue une énorme enquête pour retrouver les manifestants ayant directement participé à l'assaut du Capitole.

A ce jour, plus de 800 personnes ont été arrêtées et la majorité ont été inculpées, selon des données du ministère américain de la Justice.

- Cette enquête va-t-elle marquer les esprits?

Les partisans de cette commission parlementaire jugent son travail essentiel afin de garantir que l'un des épisodes les plus sombres de l'histoire américaine ne se répète jamais.

<p>Des partisans de Donald Trump prennent d'assaut le Capitole, le 6 janvier 2021 à Washington</p>

Mais la majorité des républicains dénoncent les travaux de ce groupe d'élus, visant selon eux à influencer les élections de mi-mandat, le principal intéressé Donald Trump fustigeant une "chasse aux sorcières".

La commission fait donc face à un défi de taille, celui de construire un récit capable de capter l'attention du grand public et de le convaincre.

Or les enquêtes d'opinion placent cette investigation bien bas dans la liste des préoccupations des ménages américains.

"L'inflation, le prix de l'essence, les fusillades dans les écoles et l'avortement sont autant de questions qui préoccupent davantage les Américains", souligne l'analyste démocrate Mike Hernandez à l'AFP.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be