A la morgue mexicaine, les proches des 55 clandestins tués inconsolables 

Publié le à Tuxtla Gutiérrez (Mexique) (AFP)

A la morgue de Tuxtla Gutierrez, capitale du Chiapas mexicain, des proches des 55 personnes tués dans un accident de camion qui transportait clandestinement des migrants, se pressaient depuis le Guatemala voisin samedi, inconsolables.

"Jamais on ne pensait que c'étaient eux, des proches ont commencé à nous envoyer des informations disant qu'ils étaient dans ce véhicule", raconte à l'AFP Santos Gomez, 60 ans, employé qui a perdu son fils Leonel dans l'accident.

Quand les services légistes lui ont confirmé que Leonel était là, il a éclaté en sanglots.

Un neveu de M. Gómez est aussi parmi la centaine de blessés de l'accident.

Quelque 160 migrants, en majorité des sans-papiers d'Amérique centrale, voyageaient cachés et entassés dans la remorque d'un camion, jeudi, en direction du nord du Mexique, vraisemblablement vers la frontière américaine, quand le véhicule s'est renversé jeudi sur l'autoroute près de Tuxtla Gutierrez, la capitale de l'Etat du Chiapas, frontalier du Guatemala.

Leonel, mécano, 37 ans, avait quitté sa ville natale de Malacatan six jours avant, dans le sud-ouest du Guatemala, pour tenter d'aller aux Etats-Unis, malgré l'opposition de sa famille et de son épouse.

A la morgue, son père est accompagné de sa belle-fille Jesenia Flores. Elle a perdu le père de leurs deux filles de 9 et 13 ans, désormais orpheline d'un homme parti comme d'autres migrants "chercher le rêve américain pour donner le meilleur à ses filles et à sa famille", se désole-t-elle, en larmes.

Gerardo Cifuentes se prépare également au pire en arrivant à la morgue à la recherche de son cousin Cecilio Federico, originaire lui-aussi de Malacatán, après l'avoir cherché à l'hôpital.

"Nous avons l'espoir qu'il soit en vie", soupire M. Cifuentes.

Les autorités mexicaines et guatémaltèques ont annoncé qu'elles allaient faciliter le rapatriement des corps sans préciser quand.

L'accident a fait 55 morts et 105 blessés, en majorité du Guatemala mais aussi du Honduras, Mexique, Equateur et République dominicaine, selon les autorités.

Le camion accidenté, sans doute en excès de vitesse, a percuté un pont pour piétons dans un tournant. Il s'est renversé, brisant la remorque où s'entassaient les migrants.

Traditionnel couloir de passage, le Mexique est confronté cette année à des arrivées records de migrants, venus non seulement du Honduras et du Salvador, mais aussi de Haïti.

Frontalier du Guatemala, le Chiapas est le principal point de passage des sans-papiers, acheminés en camions vers le nord par des passeurs dans des conditions épouvantables.

Vendredi, les gouvernements du Guatemala, d'Equateur, des Etats-Unis, du Honduras, du Mexique et de République dominicaine ont annoncé la formation d'un "groupe d'action immédiate pour arrêter et juger les trafiquants responsables de la tragédie".

Cette année, 821 migrants sont morts en traversant l'Amérique centrale ou l'Amérique du nord, selon l'organisation international des migrations (OIM).

Les décès sont dus principalement à des accidents de la route (162) mais aussi au manque de nourriture, d'eau et d'abri (142) et à des noyades (108).

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info