A Saint-Denis, Luc Pinto Barreto, "dealer de livres", réinvente la librairie

Publié le à Saint-Denis (AFP)

Il a installé ses livres sur le parvis de la gare de Saint-Denis, l'autodidacte Luc Pinto Barreto, réinvente la librairie pour "ceux qui n'osent pas franchir la porte". Le "dealer de livres" de Seine-Saint-Denis milite pour la lecture dans un département en manque de libraires.

Entre l'étal de fruits et le vendeur de brochettes, un conteneur couvert de graffitis porte l'inscription en anglais: "Lis plus, apprends plus et change le monde". Lorsque l'on s'approche d'un peu plus près du caisson métallique coloré, on découvre des portes vitrées au travers desquelles on aperçoit sur des étagères la biographie de Frantz Fanon, une BD sur la Commune de Paris ou encore des ouvrages féministes.

Cette librairie-conteneur appartient à Luc Pinto Barreto, 34 ans. En l'inaugurant il y a trois semaines, il a tourné la page de son quotidien "déprimant" et "frustrant" d'agent de maintenance dans les palaces parisiens.

Son aventure littéraire débute en 2015 avec sa chaîne Youtube sur laquelle il anime une chronique littéraire. Il se présente comme le "dealer de livres", "un nom accrocheur, aux influences hip-hop".

"De fil en aiguille, l'idée de devenir libraire prend forme mais mon CV ne parlait pas en ma faveur", confie le jeune père de famille ne pouvant se permettre d'entamer une formation sans rémunération. "Le seul moyen d'être libraire était d'ouvrir ma propre librairie".

Luc Pinto Barreto apprend le métier seul puis effectue un stage à la libraire Folies d'Encre, l'unique de Saint-Denis pourtant troisième commune d'Ile-de-France avec plus de 111.000 habitants.

"L'idée était d'être dans l'espace public, comme les food-truck. Je voulais faire une librairie pour les gens qui ne vont pas en librairie, ceux qui n'osent pas franchir la porte", explique M. Pinto Barreto.

Le Dyonisien a "un coup de cœur" pour le parvis de la gare fréquenté par plus de 90.000 personnes par jour où "la vie et l'énergie débordent".

Il obtient une autorisation précaire de la mairie pour installer sa table pliante et cohabite avec les vendeurs à la sauvette.

"Surpris" par cette librairie de rue, les passagers et riverains s'arrêtent devant son stand qui affiche en toutes lettres "dealer de livres". Sur son présentoir, il met en avant des livres "qui nous aide à réfléchir sur la société ou nous-même". De parents Cap-Verdien et Martiniquais, il "défend" aussi une sélection afro-caribéenne.

- "Un pas vers la population" -

Quand le froid arrive, il imagine son concept de librairie-conteneur qu'il finance avec ses économies, une cagnotte lancée en ligne et deux subventions pour un coût avoisinant les 33.000 euros.

"Pour aller vers le public, je vais mettre en place des événements pour ne pas être qu'un point de vente mais un lieu de vie, même pour les personnes qui n'achèteraient pas de livres, qu'elles puissent identifier le lieu", expose le libraire.

La municipalité socialiste "salue sa démarche exemplaire" et l'a exempté de loyer pendant trois ans.

"Le conteneur-librairie est un format très créatif" et l'installer "sur la place de la gare est un pas vers la population, pour les habitants de Saint-Denis qui pour une grande partie ne serait pas prête à passer le seuil d'une librairie", affirme Nadège Grosbois, adjointe à la Culture. "J'espère que cela donnera d'autres idées ailleurs en Seine-Saint-Denis", poursuit l'élue.

Car le département avec ses 12 librairies pour 1,6 million d'habitants est le moins bien pourvu de France.

Lucide, Luc Pinto Barreto ne se pose pas en "sauveur" mais en militant de la lecture pour tous. "Je n'ai pas la prétention de dire que si j'ouvre une libraire je vais faire changer les choses mais je n'ai pas envie d'être dans la plainte, j'essaye de faire un petit truc pour améliorer le quotidien des gens", résume le trentenaire.

Sur le parvis de la gare, le libraire assiste fréquemment aux bagarres sans "jamais" avoir eu de désagrément. "Je suis identifié, on me laisse faire", explique M. Pinto Barreto. Bien au contraire, il reçoit "des encouragements", "on me dit +ça fait du bien de voir des livres+".

Pour Abdoul Hadi Konaté, agent de sécurité à la gare et père de famille, c'était "une première". "Il m'a conseillé et j'ai pris des bouquins pour mes trois enfants et moi, pourtant ce n'est pas dans mes habitudes!".

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info