A Tokyo, des transfuges nord-coréens demandent des comptes à Kim Jong Un

Publié le à Tokyo (AFP)

Des transfuges nord-coréens ont symboliquement mis le dirigeant Kim Jong Un sur le banc des accusés jeudi à Tokyo pour lui demander des comptes sur un ancien programme de rapatriement depuis le Japon, qualifié de "kidnapping d'Etat".

Cette affaire judiciaire inhabituelle vise à tenir le gouvernement de Pyongyang pour responsable d'un programme controversé qui a vu plus de 90.000 personnes quitter le Japon pour la Corée du Nord entre 1959 et 1984.

Ce programme concernait principalement des Coréens installés dans l'archipel nippon, mais aussi leurs conjoints japonais, attirés par une propagande promettant "le paradis sur terre" en Corée du Nord communiste.

Cinq participants au programme de rapatriement qui se sont ensuite échappés du Nord réclament chacun 100 millions de yens (762.000 euros) de dommages et intérêts et ont présenté leurs arguments jeudi devant un tribunal de Tokyo.

Ils accusent Pyongyang d'avoir "trompé les plaignants par une publicité mensongère pour qu'ils soient relocalisés en Corée du Nord" et de les avoir "forcés à vivre dans des conditions où la jouissance des droits de l'Homme était impossible".

Les plaignants ont entamé leur procédure en 2018 et un jugement doit être prononcé le 23 mars prochain.

Comme il n'y a pas de relations diplomatiques entre le Japon et la Corée du Nord, Kim Jong Un est jugé symboliquement en tant que chef du gouvernement de Pyongyang.

"Nous ne nous attendons pas à ce que la Corée du Nord accepte une décision ni à ce qu'elle paie les dommages et intérêts", avait déclaré Kenji Fukuda, avocat des plaignants, lors d'un point de presse le mois dernier.

"Mais nous espérons que le gouvernement japonais sera en mesure de négocier avec la Corée du Nord" si le tribunal statue en faveur des plaignants.

- "Peut-être morts de faim" -

Au total, 93.340 personnes ont pris part au programme de rapatriement financé par Pyongyang et mené par les associations de la Croix-Rouge au Japon et en Corée du Nord. Le gouvernement japonais a également soutenu ce plan, dénoncé par ses détracteurs comme un moyen pour Tokyo de réduire le nombre de Coréens installés au Japon.

M. Fukuda a déclaré que les plaignants considéraient le gouvernement nord-coréen comme "l'entité la plus responsable de l'organisation".

Une partie de la plainte des transfuges porte sur la séparation d'avec leurs familles, toujours bloquées en Corée du Nord. "Les plaignants veulent sauver ceux qui vivent et souffrent encore en Corée du Nord", a expliqué jeudi à l'AFP Hiroaki Saeki, chef d'un groupe qui soutient les transfuges ayant participé au programme.

"Les Nord-Coréens sont détenus, comme dans une cage", a dit pour sa part l'une des plaignantes, Eiko Kawasaki, ajoutant: "je ne sais même pas si ma famille est vivante ou non".

Pendant la colonisation de la péninsule coréenne par Tokyo entre 1910 et 1945, des millions de Coréens sont partis pour le Japon, soit volontairement, soit contre leur gré. Lorsque le Japon a capitulé à la fin de la Deuxième guerre mondiale, des centaines de milliers de Coréens de souche sont restés, réticents à l'idée de retourner dans leur pays dévasté.

Ils ont été déchus de leur nationalité japonaise et sont devenus apatrides. Beaucoup d'entre eux ont cru aux films de propagande dépeignant une vie idyllique en Corée du Nord, avec des systèmes de santé et d'éducation gratuits, des emplois et des logements garantis. Mais la situation réelle était bien différente, dominée par la pauvreté et la famine.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info