Accord russo-turc sur un contrôle de la frontière syrienne et un retrait kurde

Publié le à Sotchi (Russie) (AFP)

Les présidents russe et turc se sont accordés mardi sur un retrait des forces kurdes du nord-est de la Syrie, prenant le contrôle en commun de la majeure partie de cette zone en proie à un conflit croissant entre Ankara et combattants kurdes.

Après six heures de négociations à Sotchi, dans le sud-ouest de la Russie, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine ont décidé dans un premier temps de déployer des patrouilles militaires russes et syriennes dans les secteurs de la bande frontalière bordant la zone où l'armée turque a déclenché début octobre une opération militaire.

Ces patrouilles auront pour objectif de "faciliter" le retrait des forces kurdes YPG et leur désarmement dans une zone "profonde de 30 km" le long de la frontière syro-turque. Puis, "150 heures" plus tard, des patrouilles communes, cette fois russo-turques, évolueront dans la zone.

La Turquie gardera néanmoins la haute main sur la zone située entre la ville de Tal Abyad, qu'elle a prise au début de l'offensive, et celle de Ras al-Aïn, dont les derniers combattants kurdes se sont retirés dimanche. Soit une zone de sécurité d'une longueur de 120 kilomètres sous son contrôle direct, sur les 440 qu'elle réclamait à l'origine.

Redur Khalil, l'un des commandants des Forces démocratiques syriennes (FDS, dominées par les combattants kurdes) a pour sa part assuré que le retrait de "tous nos combattants et forces sécuritaires de la zone d'opérations militaires allant de Ras al-Aïn à Tal Abyad" avait été achevé.

- "Historique et décisif" -

De facto, la Turquie et la Russie contrôleront ainsi la majeure partie de la frontière turco-syrienne.

"Avec M. Poutine, nous avons conclu un accord historique", a insisté le président turc.

"Ces décisions sont selon moi très importantes, voire décisives, et vont permettre de régler une situation très tendue", a pour sa part dit son homologue russe.

Dans un appel téléphonique passé à Vladimir Poutine, le président syrien Bachar Al-Assad a pour sa part estimé que "ceux qui ont des desseins séparatistes étaient responsables des évènements qui se sont produits", faisant allusion aux Kurdes, a annoncé mardi l'agence de presse officielle syrienne SANA.

Il a en outre rappelé "son total refus de toute invasion de terres syriennes sous aucun nom ou sous aucun prétexte".

Bachar Al-Assad a répété à maintes reprises qu'il rétablirait au final le contrôle de son gouvernement sur l'ensemble du territoire de la Syrie.

Alors qu'une trêve fragile en vigueur depuis jeudi, négociée entre Ankara et Washington, a expiré mardi à 19H00 GMT, les présidents russe et turc, des acteurs centraux du conflit syrien, sont parvenus à ce compromis pour éviter la reprise de l'offensive militaire turque.

Depuis le 9 octobre, cette opération a provoqué le déplacement de centaines de milliers de civils dans le nord de la Syrie.

L'opération turque "s'achève, et tout va dépendre maintenant de la mise en oeuvre des accords, notamment sur le retrait des forces (...) des unités kurdes", a relevé le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Dans le mémorandum signé mardi à Sotchi, MM. Poutine et Erdogan se sont par ailleurs entendus pour faciliter le retour "volontaire" en Syrie de réfugiés, la Turquie disant vouloir que deux millions d'entre eux retournent en Syrie dans la zone de sécurité qu'elle est en passe de mettre en place.

Le chef de l'Etat russe a quant à lui insisté sur la lutte contre le "terrorisme", citant le groupe Etat islamique, les pays occidentaux et la Russie craignant qu'une opération militaire turque n'aboutisse à la libération des milliers de jihadistes détenus par les Kurdes.

L'offensive turque a commencé à la suite de l'annonce du retrait militaire des Etats-Unis du Nord-Est syrien, abandonnant leur allié kurde dans la lutte contre l'EI. La Turquie, qualifie pour sa part de "terroristes" ces Unités de protection du peuple (YPG).

- La Russie freine la Turquie -

Le président russe a répété mardi comprendre les intérêts de sécurité nationale" de la Turquie, tout en insistant sur l'intégrité territoriale de la Syrie.

Si ces négociations entre MM. Erdogan et Poutine ont eu lieu, c'est aussi parce que Moscou a de facto freiné l'avancée turque, en encourageant depuis le 9 octobre un dialogue entre le régime de Damas et les Kurdes.

Appelées à la rescousse par les Kurdes, les forces syriennes, accompagnées de patrouilles militaires russes, avaient repris certaines zones sous contrôle kurde, contrecarrant ainsi les plans d'Ankara de constituer une "zone de sécurité" de 444 km le long de sa frontière avec la Syrie.

L'offensive turque a été rendue possible par le retrait militaire des Etats-Unis du nord et de l'est de la Syrie, une décision surprise et décriée du président américain, accusé d'abandonner ses alliés.

Donald Trump a annoncé qu'il ne restait désormais qu'un "petit" nombre de soldats américains en territoire syrien, mais loin de la zone où l'armée turque est déployée.

Sur un autre théâtre du conflit syrien, à quelques heures de la rencontre entre MM. Erdogan et Poutine, Bachar al-Assad a effectué une visite inédite près de la ligne de front à Idleb, une province contrôlée par des rebelles et des jihadistes dans le nord-ouest que le régime entend bien reprendre.

burx-gkg-rco/alf/bds

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous vous mettez entre parenthèses pendant quelques jours. Vous avez besoin d’un moment de réflexion.

Taureau

Vous vous sentez très vite dépassé par les évènements. Vous devez prendre une décision dans l’urgence.

Gémeaux

Si d’habitude vous mettez en route plusieurs projets en même temps, vous vous montrez aujourd’hui beaucoup plus mesuré.

Cancer

Vous semblez aujourd’hui totalement éteint, enfermé dans votre bulle. Vous vous protégez.

Lion

Vous avez de bonnes intuitions en ce moment. Vous écoutez votre petite voix intérieure.

Vierge

Vous cherchez à augmenter vos revenus. Vous réfléchissez à la possibilité d’une activité complémentaire.

Balance

Il y a de la rencontre dans l’air pour les célibataires. En couple, vous prévoyez une sortie avec votre conjoint.

Scorpion

Le travail individuel vous convient parfaitement. Vous n’êtes plus du tout à l’aise au sein d’une équipe.

Sagittaire

Ne vous occupez pas des autres. Concentrez-vous sur vos activités ou vos responsabilités.

Capricorne

Vous vivez des moments chaleureux avec votre famille. Cela contribue largement à votre bonne humeur.

Verseau

Votre vie amoureuse est au centre de vos préoccupations. Une rencontre bouleverse complètement votre vie.

Poissons

Votre expansion professionnelle ne fait plus aucun doute. Votre ascension est parfaitement méritée.

Notre sélection d'annonces