Acted, ONG française plusieurs fois frappée à l'étranger

Publié le à Paris (AFP)

L'ONG française Acted, pour laquelle travaillaient des Français tués dimanche au Niger par un groupe armé, a été frappée plusieurs fois sur ses terrains d'intervention humanitaire par des exécutions et prises d'otage.

Fondée en 1993 et basée à Paris, l'Agence d'aide à la coopération technique et au développement intervient principalement dans des pays touchés par des conflits ou des catastrophes naturelles, mais aussi dans des zones sujettes à des problèmes de sécurité alimentaire et de santé publique.

Acted a développé ses premiers projets à Kaboul, en Afghanistan. Elle est désormais présente dans 37 pays et emploie quelque 6.000 personnes à travers le monde. En 2019, l'ONG a consacré 316 millions d'euros à la mise en oeuvre de 419 projets, selon son rapport annuel.

Bien implantée au Niger où elle emploie 158 collaborateurs, Acted y a mené en 2019 une quinzaine de projets dont ont bénéficié près de 232.000 personnes.

Elle a notamment réalisé des missions d'accès à l'eau potable, d'aide alimentaire d'urgence ou encore de distribution d'abris pour les populations déplacées en raison du conflit dans les zones des "trois frontières" entre Niger, Burkina Faso et Mali, et du Lac Tchad.

Avant le tragique événement de dimanche, plusieurs employés d'Acted avaient déjà été pris pour cible.

Tout récemment, le 23 juillet dernier, l'ONG déplorait la mort de l'un de ses employés nigérian enlevé et tué par des jihadistes au Nigeria avec quatre autres humanitaires.

Le 13 septembre 2014, le Britannique David Haines, avait été décapité, 18 mois après son enlèvement en Syrie par le groupe jihadiste Etat islamique.

Fin novembre 2013, six Afghans travaillant pour l'ONG française avaient été abattus par balles dans une embuscade dans le nord-ouest de l'Afghanistan.

Quelques semaines plus tôt, début septembre 2013, deux employés centrafricains avaient été tués par des hommes armés dans le nord-ouest de la République centrafricaine alors qu'ils tentaient d'évacuer la zone.

Plusieurs membres de l'organisation ont également été pris en otage avant de recouvrer la liberté.

En mars 2013, un coordinateur italien avait été enlevé à Atmeh, en Syrie, avant d'être relâché après plus d'un an de captivité, fin mai 2014.

Début 2013, le Français Charles Ballard, directeur financier chez Acted, avait lui été détenu durant 71 jours après son enlèvement fin janvier à Kaboul.

Toujours en Afghanistan, en octobre 2011, quatre employés afghans avaient été brièvement détenus par des hommes armés dans le nord-ouest du pays.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info