Afghanistan: premiers retours organisés des déplacés

Publié le à Kaboul (AFP)

Des milliers de déplacés afghans installés dans un campement de fortune en plein Kaboul ont pu regagner pour la première fois cette semaine leur province de Kunduz (nord), dont ils avaient été chassés en août par la progression des talibans.

Le parc municipal de Shahr-e-Naw s'était transformé depuis des mois en un camp de réfugiés à ciel ouvert pour ces vagues de déplacés qui vivent dans des conditions sanitaires extrêmes, dormant à même le sol ou sous des tentes.

L'ONG allemande Afghan Volunteer Women's Association (AFV) a affrété jeudi des dizaines de bus afin d'évacuer du parc 1.068 familles volontaires pour retourner dans leur région de Kunduz.

"Nous avons un programme pour les relocaliser chez eux. Nous leur versons également 10.000 Afghanis (environ 100 euros) en espèces pour qu'ils puissent acheter de la nourriture", a détaillé à l'AFP Rafiullah Zaha, membre de l'organisation humanitaire.

L'ONG Afghan Women Foundation prévoit également des distributions alimentaires, notamment de farine, d'huile et de riz pour inciter ces déplacés à retourner dans les villages.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), plus de 634.800 Afghans ont été contraints de fuir leur foyer cette année, rejoignant ainsi les quelque 2,9 millions d'Afghans qui étaient déjà déplacés à travers le pays à la fin 2020.

"Nous avons dû nous déplacer à cause de la guerre. Notre maison a été détruite. Elle était très endommagée. Maintenant, nous devons revenir. Nous n'avons pas le choix", a témoigné avant le départ de Kaboul, Hadi, 39 ans, originaire de Kunduz.

"La sécurité est un peu revenue, (elle) est meilleure dans notre région, elle s'est un peu améliorée", a estimé le père de famille.

Hadi dit aussi redouter de ne pas réussir à gagner "les 100 à 200 afghanis" (1 à 2 euros) qu'il gagnait quotidiennement avant son départ.

Depuis le retour au pouvoir des islamistes à la mi-août, les combats ont cessé, une accalmie inédite depuis deux décennies dans le pays.

Mais l'économie afghane est en partie paralysée. Beaucoup d'Afghans ont perdu leur travail, et un tiers de la population est menacée par la famine selon l'ONU.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info