Albanie: dans l'ancienne Staline, bientôt une base toute neuve de l'Otan

Publié le à KUÇOVA (Albanie) (AFP)

Dans l'ancienne ville de Staline, en Albanie, des dizaines de vieux Mig soviétiques et chinois rouillent à ciel ouvert sur ce qui fut une base militaire communiste. Mais le site va bientôt renaître de ses cendres sous la forme d'une base aérienne rutilante de l'Otan.

Depuis la chute du régime communiste en 1990 après des décennies de dictature, Staline a retrouvé son ancien nom, Kuçova. Le petit pays des Balkans s'est résolument tourné vers l'Occident, a rejoint l'Otan en 2009 et souhaite plus que tout adhérer à l'Union européenne.

L'Alliance atlantique a commencé cette année à moderniser l'ancienne base aérienne de Kuçova, dans le centre du pays, pour en faire une infrastructure opérationnelle dans les Balkans, région fragile où les craintes de déstabilisation sont décuplées après l'invasion de l'Ukraine par le Kremlin.

C'est un "message clair envoyé aux acteurs ayant de mauvaises intentions dans les Balkans occidentaux", lance à l'AFP le ministre albanais de la Défense Niko Peleshi.

Selon des sources albanaises, l'Otan a déjà engagé 55 millions de dollars dans la rénovation du lieu décidée en 2018 et qui devrait être terminée fin 2023.

"Le changement du contexte mondial en matière de sécurité a donné désormais un élan considérable à l'achèvement du projet", explique à l'AFP un responsable de l'Otan à Bruxelles. Il "donnera à l'Alliance une installation stratégique importante dans les Balkans occidentaux, près de la Méditerranée, du Moyen-Orient et de la région de la mer Noire".

Pour le major Leandro Syka, commandant adjoint de la base, le projet aura aussi "un impact économique et social très positif pour toutes les communautés" en créant des emplois dans cette région pauvre.

"Autrefois à l'Est, nous sommes aujourd'hui à notre place, à côté de l'Occident, ce qui constitue pour tous une bonne avancée", se réjouit Seit Putro, 63 ans, qui travaille depuis plus de trente ans pour le département financier du site.

- Diplomatie paranoïaque -

En projet sur la base de 350 hectares, la restauration d'une piste de plus de deux kilomètres de long, la modernisation de la tour de contrôle et la construction de nouvelles unités de stockage, expliquent les militaires albanais.

En attendant, des dizaines de chasseurs décrépits se languissent au soleil printanier dans une vallée cernée par des montagnes aux sommets enneigés.

Pneus dégonflés, ailes rouillées, épaisse couche de poussière, ce cimetière d'avions contient principalement des Mig aux côtés d'Antonov et de Yak-18 soviétiques.

Ils sont les témoins de la diplomatie turbulente du défunt dictateur paranoïaque Enver Hoxha qui s'était fâché avec la terre entière, l'Occident bien sûr mais aussi l'ex-Youslavie, l'URSS et la Chine, accusés de révisionnisme.

Les premiers Mig-15 qui avaient servi durant la guerre de Corée (1950-53) sont arrivés d'Union soviétique en 1955. Après la rupture avec Moscou, Pékin a envoyé des chasseurs jusqu'à la fin des relations avec Tirana, en 1978.

Les quelques 200 avions et 40 hélicoptères que comptait la base à la fin de la Guerre froide ont été mis à la retraite en 2005 pour cause de vétusté. Trente-cinq pilotes albanais avaient perdu la vie à bord de ce type d'appareils lors d'exercices.

Niazi Nelaj, ex-pilote de 85 ans, se souvient bien de son premier vol à bord d'un Mig-15, le numéro 672, qui portait des traces de balles héritées de combats sur la péninsule coréenne.

- "Avion d'homme" -

Mais pour lui, le pivot à l'Est du régime communiste fut un "accident de l'histoire". "L'alliance naturelle de l'Albanie a toujours été et sera avec l'Occident", dit-il à l'AFP.

Selon le commandant de la base, le major Arqile Olldashi, il reste sur les lieux 75 appareils hors d'usage, des Mig-15, 17, 19 ou 21.

Jadis, il préférait piloter les Mig-19. "Un vrai avion d'homme", sourit-il. Aujourd'hui, le militaire de 48 ans serait ravi de reprendre les airs à bord d'avions de combat américains, des F-16 ou des F-18.

Selon l'Otan, Kuçova aura les capacités pour accueillir des avions militaires dernier cri. L'Alliance prévoit de se servir de Kuçova comme "base pour le ravitaillement en carburant et le stockage de munitions".

L'expansion de l'Otan en Europe orientale et centrale déplaît fortement à Moscou qui affirme qu'elle menace sa sécurité. Dans les Balkans occidentaux traditionnellement tiraillés entre l'Est et l'Ouest, la Croatie, le Monténégro et la Macédoine du Nord sont également membres de l'organisation.

Quel avenir pour les vieux coucous? Les vendre aux enchères, les conserver au musée, les transformer en ferraille? Les autorités n'ont pas tranché.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info