Ancien chef de cabinet de Trump, Mark Meadows sort de l'ombre

Publié le à Washington (AFP)

Avec un nouveau livre bientôt en librairie et une offre de coopération limitée à l'enquête parlementaire sur l'assaut du Capitole, Mark Meadows, le discret ancien chef de cabinet de Donald Trump, est au coeur de toutes les attentions.

Dans "The Chief's Chief", un ouvrage à paraître la semaine prochaine et dont les bonnes feuilles ont été publiées par le Guardian, Mark Meadows promet de livrer toute la "vérité" sur la dernière année de mandat de l'ancien locataire de la Maison Blanche.

Habituellement plutôt en retrait, il a déjà jeté un pavé dans la mare en révélant que Donald Trump avait été testé positif au Covid-19, puis négatif, trois jours avant son débat avec Joe Biden, mais que "rien n'allait empêcher Trump" de débattre contre son adversaire démocrate.

Le milliardaire républicain a affirmé mercredi dans un communiqué lapidaire qu'il s'agissait d'une infox, malgré ses invitations répétées à acheter le livre de son dernier chef de cabinet qui ferait selon lui un "formidable cadeau de Noël".

- Sortir de l'ornière -

Né dans un hôpital militaire américain à Verdun, dans l'est de la France, l'homme de 62 ans est entré à la Maison Blanche en 2020 au poste très prisé de "chief of staff", le plus proche conseiller du président, après avoir laissé une empreinte très conservatrice à la Chambre des représentants, où il a siégé pendant sept ans.

Ses faits et gestes sont aussi très scrutés cette semaine car il est le premier des fidèles de Donald Trump à avoir accepté de participer à l'enquête sur l'assaut du Capitole par des partisans de l'ex-président, offrant l'opportunité à la commission parlementaire dite "du 6 janvier" de sortir enfin de l'ornière.

Lors de cette froide journée d'hiver, des milliers de partisans de Donald Trump avaient envahi le siège du Congrès américain pour empêcher les élus de certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

Cette commission, qui enquête sur le rôle de l'ancien président et ses conseillers dans cette attaque meurtrière, a déjà interrogé plus d'une centaine de personnes et multiplie les assignations à comparaître dans l'entourage de Donald Trump.

Mais l'ancien dirigeant, qui qualifie la commission de "hautement partiale", a invoqué le droit de l'exécutif à garder certaines informations secrètes et ordonne à son entourage de serrer les rangs.

- Eviter l'inculpation -

Son ancien chef de cabinet s'était plié à cette directive et avait snobé mi-novembre une injonction à comparaître de la commission. Il risquait pour cela d'être inculpé comme Steve Bannon, un autre allié de Donald Trump, qui encourt la prison.

C'est peut-être pour cette raison que Mark Meadows s'est finalement ravisé et a fourni une série de documents à la commission, auprès de laquelle il doit bientôt donner une première déposition.

Les élus qui dirigent cette enquête s'intéressent notamment aux échanges entre Mark Meadows et les organisateurs des manifestations du 6 janvier.

Mais ses confidences pourraient se limiter au strict nécessaire car son allégeance à Donald Trump fait pour l'instant peu de doute.

L'homme, connu pour ses cravates colorées, se plaît souvent à imaginer un futur à son ancien président, dont il relaie sans cesse les dires. Et ne ménage pas ses attaques contre Joe Biden, l'accusant tour à tour de provoquer un afflux massif de migrants à la frontière avec le Mexique, d'alimenter une inflation folle et de jouer le jeu de la Chine... un discours à la Trump.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info