Armin Laschet, l'héritier légitime mais mal aimé

Publié le à Berlin (AFP)

Loué pour ses qualités de rassembleur et sa ténacité, le conservateur Armin Laschet se pose en successeur naturel d'Angela Merkel dont il partage la ligne centriste et pro-européenne. Mais il souffre d'une impopularité chronique, exacerbée par de multiples faux pas.

Dimanche lors des législatives, qui marquent la fin des 16 ans de règne d'Angela Merkel, il faut pour ce Rhénan de 60 ans éviter une humiliante relégation de la droite dans l'opposition.

L'Union conservatrice composée de son parti la CDU et l'allié bavarois CSU, pointait en deuxième position des derniers sondages, à 22% ou 23%, contre 25 à 26% pour le parti social-démocrate.

Une glissade largement attribuée à sa campagne émaillée de bévues et son échec à convaincre de sa capacité à remplacer Angela Merkel.

Seuls 12% des Allemands le choisiraient comme chancelier, selon le dernier sondage Insa.

Il a été considéré comme le perdant des trois grands débats télévisés face à son principal rival social-démocrate Olaf Scholz.

- "Armin le Turc" -

Armin Laschet, qui dirige la Rhénanie du Nord-Westphalie, région la plus peuplée d'Allemagne, se présente comme un tenant de la politique de Merkel. Il entend maintenir le cap centriste et pro-européen.

Il fut l'un des rares à la soutenir après sa décision d'accueillir des centaines de milliers de migrants de Syrie ou d'Afghanistan en 2015.

Sa politique d'intégration quand il était ministre régional en 2005 lui avait déjà valu le surnom d'"Armin le Turc" au sein de la CDU.

Il naît le 18 février 1961 dans une famille modeste d'Aix-la-Chapelle. Mineur à l'origine, son père a réussi à se reconvertir dans l'enseignement.

Fervent catholique, il fut enfant de choeur. Après des études de droit, il travaille comme journaliste avant de se lancer dans la politique.

Souvent donné battu, ce père de trois enfants a régulièrement surpris par son âpreté au combat, parvenant à décrocher la présidence de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) en janvier, puis à arracher la candidature de droite à la chancellerie en avril.

- Fou rire -

Il profite par la suite de bévues de la candidate écologiste Annalena Baerbock, un temps en tête des sondages, pour reprendre l'avantage. Armin Laschet présente un programme électoral vague mais rassurant, fidèle là aussi au credo merkélien consistant à s'abstenir de toute expérimentation dans une campagne électorale.

Mais les inondations dans l'ouest de l'Allemagne à la mi-juillet, qui ont fait quelque 180 morts, dont une cinquantaine dans son Land, mettent à l'épreuve ses qualités de gestionnaire de crise.

Celui qui aime à souligner son admiration pour l'empereur Charlemagne s'illustre alors par un manque de détermination conjuguée à une maladresse saisissante.

Interrogé par une journaliste à propos de mesures plus énergiques en matière de lutte contre le réchauffement du climat, considéré comme en partie responsable des crues, il réplique: "Excusez-moi jeune femme. Ce n'est pas parce que nous vivons un jour comme ça qu'on doit changer de politique", récoltant une volée de bois vert sur les réseaux sociaux.

Puis l'image d'un Armin Laschet pris d'un fou rire pendant qu'au premier plan, le chef de l'Etat Frank-Walter Steinmeier rend hommage aux victimes des crues dévastatrices provoque la stupéfaction. En visite par la suite sur les lieux des inondations, il est pris à partie par des sinistrés.

Viennent s'ajouter les soupçons de plagiat sur un livre écrit en 2009, où il reconnaît des erreurs.

A chaque fois il s'excuse, mais sa crédibilité plonge et la probabilité d'une défaite de la droite grandit.

A tel point qu'Angela Merkel, qui s'était tenue à l'écart de la campagne, est remontée sur le ring, multipliant récemment les rassemblements électoraux à ses côtés.

Dans un entretien récent au quotidien Die Welt, celui qui a régulièrement été sous-estimé refuse en tous les cas de s'avouer vaincu. "Je suis persuadé que je passerai la ligne en premier" dimanche, a-t-il assuré.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info