Armstrong: "Impossible de gagner le Tour de France sans dopage"

Publié le à Paris (AFP)

L'Américain Lance Armstrong, champion cycliste déchu de ses sept Tours de France pour dopage, affirme qu'il "est impossible de gagner le Tour de France sans dopage", dans un entretien au journal Le Monde vendredi, à la veille du départ de la centième édition depuis la Corse.

"C'est impossible de gagner le Tour de France sans dopage. Car le Tour est une épreuve d'endurance où l'oxygène est déterminant", affirme Armstrong.

Et le Texan d'expliquer: "Pour ne prendre qu'un exemple, l'EPO ne va pas aider un sprinteur à remporter un 100 m, mais elle sera déterminante pour un coureur de 10.000 m. C'est évident."

Armstrong rappelle dans cet entretien ne pas avoir "inventé le dopage" qui "existe depuis l'antiquité et qui existera toujours". Il pense en outre que la culture du dopage "ne finira jamais."

"J'ai simplement participé à ce système. Je suis un être humain", dit-il encore.

Interrogé sur BFM TV à propos de ces déclarations et de l'aspect "culturel" du dopage dans le cyclisme, Bernard Hinault qui a déjà dénoncé une volonté de "tuer le Tour" après les récentes accusations de dopage visant Laurent Jalabert, s'est emporté.

"Il faut arrêter de penser que tous les coureurs cyclistes sont des voyous, des drogués ! Moi, ça me désole d'entendre tout ça. Je pense que quand les gens feront exactement ce qu'ils ont à faire, c'est-à-dire de vrais contrôles dans tous les sports, on va rigoler cinq minutes...", a tonné le quintuple vainqueur français du Tour.

"Arrêtons de dire que c'est culturel, merde ! C'est pas possible ! Il y a plein d'autres jeunes coureurs qui sont passés au contrôle et qui n'ont pas été pris ! (...) La suspicion est en permanence. Pensez à autre chose, il y a du vélo, il y a plein de jeunes", a-t-il ajouté avant de mettre un brusque terme à l'entretien en duplex depuis la Corse.

Armstrong, qui "continue à faire du vélo" et à "s'entraîner", indique dans Le Monde qu'il "essaiera de regarder la course à la télévision de temps en temps."

Concernant Laurent Jalabert, dont on a retrouvé de l'EPO dans les urines prélevées lors du Tour 1998, Armstrong déclare : "Ah, +Jaja+, avec tout le respect que je lui dois, il est en train de mentir. Il aurait mieux fait d'éviter de parler de Ferrari et de Citroën, car il sait très bien que Michele était le médecin de la ONCE au milieu des années 1990."

Armstrong a été déchu en octobre de la majeure partie de ses titres et radié à vie après que l'agence américaine de lutte contre le dopage (USADA) l'a accusé d'avoir activement participé au "programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l'histoire du sport".

Après des années de dénégations, l'ancien cycliste a avoué mi-janvier, lors d'une confession télévisée, s'être dopé durant sa carrière

"Je ne parviendrai jamais à réparer tout ça mais je passerai ma vie à essayer", conclut Lance Armstrong.

"Je pense le contraire, je suis la preuve que ce n'est pas vrai", a réagi le vainqueur du Tour de France 2011, Cadel Evans, interrogé vendredi sur les affirmations de Lance Armstrong posant le dopage comme préalable à la victoire dans la Grande Boucle.

L'Australien de 36 ans, qui n'avait apparemment pas eu connaissance des propos de l'Américain, n'a pas livré plus de commentaires durant la conférence de presse d'avant-Tour de son équipe BMC.

Interrogé dans une interview au journal Le Monde s'il était possible de gagner le Tour sans se doper à son époque, Lance Armstrong, déchu de ses sept victoires (1999 à 2005) le 22 octobre dernier, a répondu: "Le Tour de France ? Non. Impossible de gagner sans dopage".

La centième édition du Tour de France s'élance samedi de Porto Vecchio (Corse du Sud).

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info