Assurance chômage: réunion cruciale entre syndicats et patronat

Publié le à Paris (AFP)

Stop ou encore? Les difficiles négociations sur la réforme de l'assurance chômage s'approchaient jeudi après-midi du moment décisif avec un projet d'accord mis sur la table par le patronat mais dont les mesures pour réduire la précarité ont été jugées "trop timides" par tous les syndicats.

Dans ce texte le patronat, désireux de "faire du retour durable à l'emploi une priorité", avance une dizaine de propositions sur l'épineuse question de l'explosion des contrats courts (CDD de moins d'un mois).

Sans surprise, il ne propose pas d'appliquer un "bonus-malus" sur les cotisations chômage des employeurs en fonction de leur recours aux contrats précaires comme le réclament les syndicats en s'appuyant sur l'engagement en ce sens d'Emmanuel Macron.

A la place, le patronat veut revoir les règles des "CDD d'usage", des CDD dérogatoires sans limitation de renouvellement ni versement d'indemnité de fin de contrat. Ils se sont très largement développés sans contrôle dans l'hôtellerie-restauration, le spectacle, les services à la personne... Un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales pointait en 2016 une "dérive".

La principale concession patronale serait que l'employeur verserait au salarié une prime "égale à …% de la rémunération totale brute versée, dès lors que ce dernier a bénéficié d'au moins 4 CDD d'usage au cours des 6 derniers mois". Son montant est donc ouvert à la négociation. Les CDD classiques ont eux une "prime de précarité" de 10%.

"On fait une proposition alternative au +bonus-malus+ dont on pense que c'est un destructeur d'emplois", a commenté jeudi matin le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, défendant son projet comme une "manière de reconnaître" que les contrats courts "ont besoin d'exister mais aussi qu'on doit compenser le statut de ces salariés".

Mais le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, sur lequel mise le patronat pour avoir un accord, a lui jugé "pas satisfaisant" ce "système" fondé sur une "prime de précarité" qui "n'est pas chiffrée".

Si la proposition du Medef n'évolue pas, "il faudra qu'on assume qu'il n'y a pas d'accord possible avec le patronat", a-t-il prévenu.

A leur arrivée au siège du Medef, les négociateurs syndicaux n'ont pas caché leur déception sur "des mesurettes".

"Il n'y a aucune mesure pour créer des CDI", a déploré Denis Gravouil (CGT). "La proposition patronale est totalement indigente", a renchéri Jean-François Foucard (CFE-CGC). "Ce n'est pas à la hauteur d'un +bonus-malus+" pour Michel Beaugas (FO).

- Un milliard d'économies -

Le Medef, la CPME (petites et moyennes entreprises) et l'U2P (artisans et commerçants) avaient été fortement irrités fin janvier par Emmanuel Macron, qui avait répété sa "détermination" à mettre en place ce "bonus-malus". Les trois organisations s'étaient brièvement retirées des négociations avant d'être rassurées par des déclarations d'Édouard Philippe sur sa "confiance" dans les partenaires sociaux.

"S'il y a une mesure aussi forte et efficace (que le "bonus-malus"), on n'est pas fermés", a déclaré la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Dans ses autres mesures pour "améliorer la situation des personnes en contrats courts récurrents", le patronat propose de donner aux CDD de moins de trois mois l'accès à la complémentaire santé de leur entreprise ou de renforcer l'abondement de leur compte personnel formation. Il suggère également de développer les groupements d'employeurs qui "partagent" un salarié en CDI.

Sur l'autre sujet conflictuel, les économies (entre 1 et 1,3 milliard d'euros par an) demandées par le gouvernement pour réduire l'endettement de l'Unedic (35 milliards), les propositions patronales pour s'en approcher risquent aussi de faire tiquer les syndicats qui ne veulent pas "pénaliser les demandeurs d'emploi".

Durcissement de l'accès à l'indemnisation, évolution du mode de calcul de l'allocation et de ses modalités de versement... Le patronat cherche à éviter que "le fractionnement" des contrats de travail "soit plus intéressant, tant pour le salarié que l'employeur, que l'allongement des durées d'emploi".

Dans cette partie de poker, l'intérêt commun des partenaires sociaux pourrait être de trouver un compromis pour préserver la gestion paritaire de l'assurance chômage. En cas d'échec, le gouvernement pourrait en effet imposer ses vues par décret.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

C’est probablement parce que vous voulez à tout prix éviter les conflits que vous apparaissez très conciliant.

Taureau

Vous réfléchissez beaucoup sans pour autant poser des actes concrets. Vous prenez votre temps.

Gémeaux

Vous ne craignez pas de blesser votre interlocuteur. Vous dites ce que vous pensez sans mettre de gants.

Cancer

Vous convenez assez facilement d’un bon arrangement qui contente tout le monde.

Lion

Vous ressortez déçu d’une réunion ou d’une discussion qui ne se passe pas comme vous le souhaitiez.

Vierge

Vous envisagez un remaniement professionnel. Vous êtes probablement lassé de la fonction que vous occupez.

Balance

Si quelque chose vous déplaît, vous n’hésitez pas à le faire savoir. Vous réagissez au quart de tour.

Scorpion

Vos revenus sont instables. Vous devez dans l’urgence revoir complètement vos priorités en termes de dépenses.

Sagittaire

Ne soyez pas trop optimiste, même si c’est dans votre nature. Regardez la vérité en face.

Capricorne

Vous trouvez l’appui extérieur. Vous pouvez enfin vous reposer sur une personne de confiance.

Verseau

Vous avez beaucoup de difficultés à vous détacher de quelqu’un ou de quelque chose. Vous êtes beaucoup trop nostalgique.

Poissons

Il suffit d’un détail, d’un petit grain de sable dans l’engrenage pour vous faire perdre tous vos moyens.

Notre sélection d'annonces