Attentat de Manchester: une enquête accable le service de sécurité

Publié le à Londres (AFP)

Une enquête publique britannique a mis en cause jeudi de "graves manquements" et "sérieuses lacunes" du service de sécurité de la Manchester Arena, où une attaque jihadiste avait fait 22 morts en 2017, estimant qu'il aurait dû identifier plus tôt l'auteur de l'attentat.

Le 22 mai 2017, un Britannique d'origine libyenne âgé de 22 ans, Salman Abedi, avait fait exploser une bombe à la sortie de cette salle de concert, après un spectacle de la pop star Ariana Grande, tuant sept enfants et quinze adultes et faisant une centaine de blessés.

"Salman Abedi aurait dû être identifié le 22 mai 2017 comme une menace par les responsables de la sécurité de l'Arena et une intervention rapide aurait dû être entreprise", conclut dans son rapport le président de l'enquête publique, John Saunders.

"Si cela s'était produit, Salman Abedi aurait sans doute quand même fait exploser son engin, mais il est fort probable que les pertes en vies humaines et les blessures auraient été moindres", a estimé M. Saunders, rappelant "qu'une seule des 22 personnes tuées" était déjà sortie de la salle 15 minutes avant l'attentat.

L'enquête publique met particulièrement en cause l'exploitant de l'Arena SMG, son fournisseur de sécurité Showsec et la police britannique des transports, qui patrouillait dans la zone adjacente à la gare ferroviaire de Manchester Victoria.

Elle estime ces trois organismes "principalement responsables" d'un "certain nombre d'occasions manquées" pour arrêter le tueur, affirmant qu'ils auraient "dû empêcher ou minimiser l'impact dévastateur de l'attaque", mais "n'y sont pas parvenus".

Un agent de la police britannique des transports était en effet censé être présent à la fin du spectacle dans le foyer de l'Arena, où la bombe a explosé, mais personne n'était là.

Un agent de sécurité de Showsec, âgé de 18 ans à l'époque des faits, a également déclaré à la commission d'enquête avoir eu un "mauvais pressentiment" lorsqu'il a vu M. Abedi cinq minutes avant l'attentat, mais qu'il ne s'était pas approché de lui par crainte qu'on le traite de raciste. Il avait cependant essayé d'appeler la salle de contrôle par radio, mais n'avait pas réussi.

Un membre du public avait par ailleurs signalé l'attaquant à la sécurité environ 15 minutes avant l'explosion.

Le frère de Salman Abedi, Hashem, a été condamné à perpétuité l'année dernière pour avoir joué un "rôle essentiel" dans l'attentat, dont la plus jeune victime avait tout juste huit ans.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info