Attentat de Vienne: série de perquisitions en Allemagne

Publié le à Berlin (AFP)

Des perquisitions ont été lancées vendredi dans des logements et des bureaux en Allemagne, en lien avec l'enquête sur l'attentat islamiste de Vienne, a annoncé la police.

Les recherches se déroulent dans trois localités du nord-ouest du pays, Osnabrück, Kassel et Pinneberg, à l'intérieur de locaux appartenant à des personnes qui "ne sont pas soupçonnées d'être impliquées dans l'attaque", a indiqué l'office fédéral de la police criminelle allemande sur Twitter.

Les autorités précisent qu'"il peut y avoir des liens avec l'assassin présumé".

"Les investigations sont destinées à découvrir d'éventuels éléments de preuve", a ajouté en milieu de matinée la police criminelle dans un nouveau tweet, évoquant "deux personnes qui auraient rencontré le suspect à Vienne en juillet 2020".

L'opération a été lancée sur requête des autorités autrichiennes, a précisé la même source, qui ne souhaite pas fournir plus de détails, "compte tenu des enquêtes en cours".

Selon le magazine allemand Spiegel, l'assaillant, un Austro-Macédonien de 20 ans, avait noué des contacts en Allemagne quand il avait tenté de rejoindre la Syrie en 2018 pour rallier les rangs des combattants du groupe Etat islamique (EI).

Des investigations sont également menées en Suisse, où deux hommes de 18 et 24 ans ont été interpellés cette semaine. Ils étaient connus de la justice pour des procédures pénales liées au terrorisme.

L'homme de vingt ans, Kujtim Fejzulai, qui a ouvert le feu lundi soir en plein centre ville de la capitale autrichienne a tué 4 personnes et fait plusieurs blessés.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info