Au Canada, dernier hommage à la famille musulmane tuée à la voiture-bélier

Publié le à London (Canada) (AFP)

La ville de London en Ontario rend un dernier hommage samedi à une famille musulmane fauchée délibérément par un pick-up, un acte qui a choqué le Canada et a été qualifié de terroriste par le Premier ministre Justin Trudeau.

Quatre membres de la famille Afzaal - un couple, leur fille et sa grand-mère - se promenaient près de chez eux à London quand ils ont été tués dimanche dernier par un jeune homme de 20 ans qui a précipité son véhicule sur eux.

Un cinquième membre de cette famille originaire du Pakistan, un garçon de neuf ans, a été grièvement blessé mais a survécu.

Les obsèques de Salman Afzaal, 46 ans, de sa femme Madiha, 44 ans, de leur fille Yumna, 15 ans, et de sa grand-mère Talat, 74 ans, doivent avoir lieu samedi en début d'après-midi au centre islamique de London.

Une cérémonie ouverte au public est prévue à l'extérieur sur un terrain de football. L'enterrement se fera en privé, mais la population est appelée à se rassembler le long du parcours emprunté par le cortège funéraire, en signe de solidarité et pour rendre un dernier hommage aux victimes de cette attaque qui a secoué la communauté musulmane et le Canada.

Les participants sont invités à porter des rubans verts, pour dénoncer l'islamophobie, et mauves, la couleur favorite de la jeune Yumna.

De nombreuses veillées ou manifestations de soutien ont eu lieu à travers le Canada ces derniers jours et plusieurs milliers de personnes ont participé vendredi soir à une marche œcuménique dans les rues de London, qui compte une communauté musulmane de quelque 30.000 personnes. "Nous sommes tous humains", "La haine tue", proclamaient des pancartes.

Un hommage a aussi eu lieu vendredi à Québec, où une fusillade avait fait six morts dans une mosquée en janvier 2017.

- "Action très stricte" -

L'attaque a suscité des interrogations sur l'islamophobie au Canada et, au sein de la communauté musulmane, la crainte que manifester son appartenance religieuse puisse faire d'elle une cible.

L'imam Aarji Anwer, du centre islamique de London, a dit à la chaîne publique CBC espérer que la cérémonie permette d'entamer le processus de deuil chez une communauté "émotionnellement épuisée".

Soulignant de son côté dans une interview à CBC que la mort des membres de la famille Afzaal avait "choqué tout le monde au Pakistan", le Premier ministre pakistanais Imran Khan a appelé la communauté internationale à sévir contre les discours haineux et l'extrémisme en ligne.

"Je pense qu'il devrait y avoir une action très stricte (...). Il devrait y avoir une action internationale contre les sites qui propagent la haine entre êtres humains", a-t-il dit dans cet entretien qui doit être diffusé dimanche et dont la chaîne a publié des extraits.

"Le problème actuellement est qu'il n'y a pas de motivation suffisante et que certains leaders occidentaux ne comprennent pas ce phénomène", a-t-il affirmé.

Le jeune homme qui a fauché la famille Afzaal, Nathaniel Veltman, qui n'a pas de casier judiciaire ni d'affiliation connue à une organisation extrémiste, a été inculpé de quatre meurtres avec préméditation et d'une tentative de meurtre.

La police, qui a parlé d'un acte "prémédité et planifié motivé par la haine", n'a pas exclu de porter contre lui d'autres accusations de nature "terroriste".

Le Premier ministre Justin Trudeau avait très rapidement qualifié l'acte de Nathaniel Veltman "d'attaque terroriste motivée par la haine", promettant notamment de renforcer la lutte contre les groupes extrémistes.

Suite à l'attaque, les députés canadiens ont adopté une motion non contraignante, présentée par le Nouveau Parti Démocratique (NPD - gauche) pour la tenue d'un sommet national sur l'islamophobie cet été.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info