Australie: deux poids lourds du gouvernement rétrogradés après des accusations de viol

Publié le à Sydney (AFP)

Deux poids lourds du gouvernement australien ont été démis lundi de leurs fonctions et rétrogradés dans la hiérarchie de l'exécutif après de retentissantes accusations de viol qui ont contraint le Premier ministre Scott Morrison à remanier.

La ministre de la Défense Linda Reynolds et l'"Attorney general" Christian Porter, qui est le principal conseiller juridique du gouvernement, ont tous les deux été remplacés, a annoncé M. Morrison.

Il a aussi annoncé la promotion de plusieurs femmes au sein de son gouvernement, en affirmant que sa nouvelle équipe était celle avec "la plus forte représentation des femmes" de l'histoire de l'exécutif australien.

Le dirigeant conservateur était depuis plusieurs semaines l'objet de pressions intenses en raison de plusieurs affaires qui ont jeté une lumière crue sur le sexisme de la culture politique australienne et entraîné des manifestations dans tout le pays.

Il y avait d'abord eu les accusations d'une ancienne employée du gouvernement. Brittany Higgins a affirmé le mois dernier avoir été violée en 2019 par un collègue dans le bureau au Parlement de Mme Reynolds, qui était à l'époque ministre de l'Industrie de défense.

Devenue ministre de la Défense, cette dernière a été critiquée pour la façon dont son cabinet aurait à l'époque accueilli les accusations de la jeune femme.

Début mars, M. Porter a de son côté été accusé d'avoir violé en 1988 une adolescente de 16 ans avec qui il étudiait. Cette dernière est décédée l'année dernière. Il a vigoureusement contesté ces accusations.

Les deux ministres étaient depuis plusieurs semaines en arrêt maladie, et le Premier ministre assurait jusqu'alors qu'ils reprendraient leurs fonctions.

Ils ont été maintenus au gouvernement, mais rétrogradés: Mme Reynolds récupère le portefeuille des services gouvernementaux, et M. Porter celui de l'Industrie, des Sciences et Technologies.

On ignore si ce remaniement suffira à calmer l'indignation d'une partie de la société.

Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté mi-mars pour l'égalité entre les sexes, et contre les violences et le harcèlement sexuel.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info