Avant Newcastle, ces clubs transformés par de riches investisseurs

Publié le à Londres (AFP)

Le rachat du club de Newcastle par un fonds saoudien, autorisé jeudi par la Premier League anglaise, est l'ultime exemple d'une équipe européenne passée sous contrôle d'un riche investisseur de la péninsule arabique rêvant de briller sur la scène du football mondial.

Paris à la table des grands d'Europe

Le Paris Saint-Germain n'avait remporté que deux titres de champion de France avant que Qatar Sports Investments (QSI) ne le rachète en 2011. Depuis, il est devenu le roi incontesté du football français, remportant sept des neuf derniers titres de Ligue 1 et raflant les coupes nationales.

David Beckham, Zlatan Ibrahimovic et Angel Di Maria furent les premières recrues de haut niveau du club parisien qui n'a depuis cessé de surenchérir: Neymar et Kylian Mbappé en 2017 et, cette saison, Lionel Messi.

Pourtant, le Graal de la Ligue des champions est resté pour l'heure insaisissable (une finale en 2020). Les managers Carlo Ancelotti, Laurent Blanc, Unai Emery et Thomas Tuchel s'y sont cassé les dents.

Quand Man City est devenu un "voisin encombrant".

Lorsque le consortium Abu Dhabi United Group du cheikh Mansour a achevé le rachat de Manchester City en 2008 pour un montant de 286 millions de dollars (environ 247 millions d'Euros), le club mancunéen était coincé dans l'ombre de Manchester United depuis des décennies.

Mais le retournement de situation a commencé quelques heures seulement après la prise de contrôle, avec la signature surprise de la star brésilienne Robinho.

Le club a remporté la Cup en 2011 et un an plus tard, Sergio Aguero a arraché le titre à United en marquant dans les arrêts de jeu contre Queens Park Rangers lors de la dernière journée de la saison. Les "Citizens" ont remporté un autre titre de Premier League en 2014, en investissant dans des stars comme Kevin De Bruyne et Raheem Sterling.

En 2016, avec la nomination de Pep Guardiola, City grimpe encore d'un cran, remportant trois des quatre derniers titres de Premier League, dont un triplé national sans précédent en 2019. Mais sans parvenir, comme le Paris SG, à remporter la Ligue des champions (finaliste en 2021).

Quand Chelsea a fait sa révolution

Le rachat de Chelsea par l'oligarque russe Roman Abramovitch en 2003 pour 140 millions de livres sterling (environ 165 millions d'euros) est à l'origine d'un bouleversement au plus haut niveau de la Premier League.

Manchester United et Arsenal étaient les rois d'Angleterre jusqu'à ce que l'argent d'Abramovitch permette à José Mourinho de débarquer en 2004 et de financer l'assaut du "Special One" portugais sur l'establishment de la Premier League.

Mourinho remporte le titre dès sa première saison, mettant fin à 50 ans d'attente des Londoniens de Chelsea. Une couronne conservée 12 mois plus tard.

Carlo Ancelotti remporte ensuite la Premier League en 2010, et Mourinho revient pour remporter sa troisième couronne en 2015 avant qu'Antonio Conte ne décroche le cinquième titre de l'ère Abramovitch en 2017.

Mais l'objectif ultime de l'oligarque était bien sûr de mener Chelsea à son premier triomphe en Ligue des champions. Un objectif atteint en 2012 quand les Blues ont battu le Bayern Munich en finale, au nez et à la barbe des pronostiqueurs. Rebelote en 2021 avec une deuxième couronne continentale pour Chelsea face à Manchester City, un autre club très dépensier.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info