Bahreïn: une femme poursuivie pour avoir insulté une divinité hindoue

Publié le à Manama (AFP)

Une femme bahreïnie est poursuivie en justice pour avoir "publiquement insulté" un symbole religieux, a indiqué dimanche la police locale dimanche, évoquant une vidéo la montrant en train de jeter à terre des statues de la divinité hindoue Ganesh.

D'après la police, la femme, âgée de 54 ans, avait été convoquée en raison d'une vidéo sur les réseaux sociaux la montrant en train de "vandaliser intentionnellement un magasin (...) et insulter publiquement des idoles" dans le quartier de Juffair, à Manama, la capitale de Bahreïn.

La vidéo montre deux femmes près d'un présentoir dans un magasin, l'une d'elles attrapant des statues représentant une divinité hindoue et les jeter au sol.

"C'est un pays musulman, non?", lance une des femmes.

Le ministère public a déclaré dans un communiqué que la femme poursuivie avait reconnu les faits.

Elle est poursuivie pour vandalisme et insultes à un symbole religieux et sera jugée au tribunal, selon le ministère public.

L'incident a suscité une large condamnation sur les réseaux sociaux.

Khaled ben Ahmed al-Khalifa, conseiller du roi de Bahreïn et ancien ministre des Affaires étrangères, a dénoncé des actes inacceptables.

"Casser des symboles religieux n'est pas dans la nature du peuple de Bahreïn. C'est un crime (...) de haine", a-t-il tweeté.

"Ici, toutes les religions, sectes et peuples coexistent."

Des centaines de milliers de travailleurs, principalement asiatiques, vivent dans le petit pays musulman du Golfe et y pratiquent des religions différentes.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info