Bélarus: la cheffe de l'opposition appelle à maintenir la "pression" sur Loukachenko

Publié le à Berlin (AFP)

La cheffe de file de l'opposition bélarusse Svetlana Tikhanovskaïa a appelé mardi à Berlin les pays européens à maintenir la "pression", notamment par des "sanctions", sur le régime du président Alexandre Loukachenko.

Après avoir rencontré le président français Emmanuel Macron la semaine dernière, l'opposante, qui revendique la victoire à l'élection présidentielle au Bélarus en août, s'est également entretenu avec Angela Merkel.

"Le peuple bélarusse a maintenant un objectif clair et compréhensible: de nouvelles élections", a affirmé Mme Tikhanovskaïa à la chancelière allemande lors de cette réunion d'environ 45 minutes.

En guise de cadeau, elle a offert à la dirigeante allemande un parapluie aux couleurs de l'ancien drapeau biélorusse Blanc-Rouge-Blanc, que les opposants au président Alexandre Loukachenko utilisent actuellement comme signe de ralliement lors des manifestations.

Mme Tikhanovskaïa a également souligné que les manifestations au Bélarus n'étaient pas dirigées contre la Russie ni contre l'Europe, mais qu'elles étaient plutôt le produit d'une "crise interne au pays". Pour la surmonter, les gens attendent non seulement un "soutien moral" mais aussi financier.

"Notre pays a besoin de différentes sortes d'aide, mais nous avons surtout besoin d'une médiation pour entamer le dialogue avec nos autorités, des négociations", avait déjà déclaré l'opposante lors d'une conférence de presse dans la matinée.

"La pression doit être à l'intérieur de notre pays comme à l'extérieur", avait ajouté cette novice en politique, âgée de 37 ans, réfugiée en Lituanie depuis l'élection présidentielle controversée du 9 août.

"La pression intérieure, ce sont les manifestations, les grèves, les mouvements de citoyens, la pression extérieure, ce sont les sanctions, l'aide des pays voisins", avait détaillé Mme Tikhanovskaïa.

"Nous demandons à tous les dirigeants de se faire entendre au sujet du Bélarus", avait-elle lancé. "Bien sûr, nous leur demandons (...) d'élargir la liste des sanctions, de ne pas reconnaître Loukachenko comme un dirigeant légitime, voire de l'aider financièrement".

Selon elle, "les sanctions ne sont que le début de la pression que les pays européens peuvent exercer sur notre régime, sur Loukachenko".

"Peut-être qu'à l'avenir, si nous constatons que rien ne change, nous demanderons aux pays européens de prendre des mesures plus sérieuses, mais nous avons besoin de plus de temps pour voir comment les choses se passent", avait-elle en outre estimé, se refusant à être "trop insistante envers les pays européens".

Svetlana Tikhanovskaïa a aussi voulu battre en brèche l'idée que "défendre les droits de l'homme et la dignité du peuple bélarus soit une ingérence dans les affaires intérieures".

"Ce que font les pays européens, c'est aider à faire pression sur le régime, juste pour montrer que nous sommes contre cette violence, que nous sommes contre cette pression. Tout comme nous, les pays européens appellent au dialogue", avait-elle conclu.

L'annonce de la réélection de M. Loukachenko, en poste depuis 1994, a déclenché des manifestations historiques, l'opposition et l'Occident considérant le vote comme frauduleux.

L'UE a sanctionné le 2 octobre une quarantaine de responsables bélarusses impliqués dans la répression, parmi lesquels le ministre de l’Intérieur. Washington a aussi annoncé des sanctions.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info