Biathlon: Jacquelin détrône Fillon-Maillet

Publié le à Le Grand-Bornand (France) (AFP)

Un Français chasse l'autre: Emilien Jacquelin a effectué dimanche un véritable festival lors de la mass start du Grand-Bornand qu'il a largement dominée pour déloger Quentin Fillon-Maillet de la tête du classement général de la Coupe du monde de biathlon.

Le week-end aura été particulièrement faste pour les Bleus devant un public acquis entièrement à leur cause. Au lendemain du récital de Quentin Fillon-Maillet en poursuite, c'est Emilien Jacquelin qui a assuré le spectacle, s'offrant le troisième succès de sa carrière sur le circuit après ses deux titres de champion du monde de la poursuite (2020, 2021).

24 heures auparavant, le Grenoblois (26 ans) avait quitté la piste furieux, après être complétement passé à côté de sa course (9e) alors que le maillot jaune de leader de la Coupe du monde était à sa portée. Mais il a su parfaitement se remobiliser pour ne laisser aucune chance à ses rivaux.

Jacquelin était déjà monté à trois reprises sur le podium cette saison mais il n'avait pas encore goûté à la victoire. Solide à la carabine (1 faute) et encore intouchable sur les skis, il a réparé l'anomalie en basculant devant à l'issue du premier tir couché pour ne plus jamais être repris, après avoir placé une grosse attaque.

Et dire que le Français avait connu une préparation perturbée par une fracture au poignet gauche survenue l'été dernier.

"C'est une victoire que je vais savourer pleinement, a-t-il déclaré. Mon premier titre de champion du monde, c'était de l'incrédulité, sur le deuxième j'avais à coeur de prouver que c'était vraiment mon niveau, c'était une délivrance. Celle-ci est très forte émotionnellement. Ce sont des moments incroyables à vivre, surtout après la période difficile que j'ai vécue. Il y a eu des larmes qui ont coulé sur le podium."

- Lutte serrée pour le gros globe -

"Hier, j'ai mis une heure avant de redescendre et de commencer à prendre du recul après ma contre-performance. J'avais fait des choses qui ne me ressemblaient pas sur les tirs debout (5 erreurs, ndlr). Mais je suis très content d'avoir tout remis sur les rails", a-t-il ajouté.

Avec la prise de pouvoir de Jacquelin, au lendemain de celle éphémère de Fillon-Maillet, le constat est clair: la lutte pour le gain du gros globe de cristal s'annonce très serrée. Durant les dix dernières années, le circuit a été sous la coupe d'un seul homme (Martin Fourcade de 2012 à 2018 et Johannes Boe de 2019 à 2021). Cette ère semble révolue puisque 35 points seulement séparent le 5e du classement général, le Russe Eduard Latypov, de Jacquelin. Et Fillon-Maillet, désormais 2e, n'est qu'à deux petites longueurs de son compatriote et rival.

"Cela n'a jamais été autant ouvert, a estimé Fillon-Maillet. Personne ne domine cette année. Cela donne du suspense et ça fait un beau combat. Mais le général, on en parlera après les Jeux Olympiques (4-20 février à Pékin, ndlr) même si je le garde un petit peu dans ma tête."

"Il y a une grosse densité, le niveau est très élevé. Il y a une dizaine d'athlètes qui sont capables de jouer le gros globe. Le meilleur moyen pour performer c'est de ne pas y penser. Hier, j'y pensais, j'ai fait n'importe quoi, aujourd'hui je n'y pensais pas et ça a bien marché", a de son côté expliqué Jacquelin.

Chez les femmes, Julia Simon repartira aussi du Grand-Bornand avec le plein de confiance. Après un démarrage catastrophique, la biathlète des Saisies (25 ans) a profité du passage du circuit en France pour se relancer avec deux podiums consécutifs.

Deuxième de la poursuite samedi derrière Elvira Oeberg, Simon a encore terminé juste derrière la Suédoise, victorieuse de la mass start, et semble avoir enfin retrouvé un tir solide (18/20).

"Le bilan est très positif, ce n'était pas évident de se relever après ce début de saison compliqué, a-t-elle affirmé. Il fallait juste avoir confiance dans les choses que j'avais mises en place tout l'été."

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info