Birmanie: tremblez généraux, les esprits de l'au-delà sont fâchés!

Publié le à Rangoun (AFP)

En Birmanie, les esprits de l'au-delà désapprouvent l'action des militaires qui ont pris le pouvoir lors du coup d'Etat le 1er février.

C'est le message que veulent faire passer mediums, sorciers et autres devins birmans, qui ont rejoint en nombre les cortèges anti-junte dans les rues de Rangoun, coiffés d'un masque traditionnel ou d'une couronne dorée.

Ils se font les porte-parole des 37 grands "Nats" - ou divinités - vénérées en Birmanie, un pays à majorité bouddhiste qui fait aussi la part belle à l'animisme et aux superstitions multiples.

"Les Nats ne veulent pas d'un régime militaire", affirme à l'AFP Achaintan Man Gay Oo, 48 ans, médium. "A voir le visage renfrogné qu'elles ont en ce moment, on mesure leur mécontentement", avance-t-elle. Les divinités "veulent aussi la libération de +Mère Suu+ (Aung San Suu Kyi NDLR) et du président".

Très influents dans le pays, les médiums défilent quotidiennement en arborant des portraits de la prix Nobel de la paix et portant des pancartes proclamant "Luttez pour la démocratie!".

La présence de ces médiums dans une manifestation pro-démocratie peut surprendre. Mais leur rôle politique n'est pas nouveau et les haut gradés birmans ont par le passé lutté contre certaines pratiques spirituelles qui les gênaient.

- "De grands changements en Birmanie" -

L'imploration des "weikza" - sorte de saints que l'on prie pour implorer leur aide - que la Birmanie compte en grand nombre, pour lutter contre l'oppression, était une pratique courante de certaines sectes de sorciers au temps de la colonisation et sous le régime de la junte.

Les généraux, qui eux aussi croient généralement au pouvoir des weikza, ont vu ces sectes comme une menace et les ont dissoutes ou poussées à la clandestinité.

L'ancien dictateur Than Shwe lui-même aurait été un client régulier d'un célèbre mystique sourd qui conseillait également l'ancien Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra.

Un jeune sorcier au physique d'Harry Potter et très populaire sur Facebook a été emmené la nuit par la police cette semaine après avoir participé aux manifestations à Rangoun. Linn Nhyo Taryar avait prié pour la chute de la nouvelle junte, a expliqué à l'AFP son parrain et mentor en sorcellerie Tin Htut.

Le jeune homme risque 2 ans de prison en vertu d'une loi remontant à l'époque coloniale.

Toutes ses vidéos publiées depuis le coup d'Etat ont été supprimées de Facebook. Mais selon ses partisans, il avait vu venir la chute de la démocratie, dans une prédiction publiée le dernier jour de 2020.

"Les plus hautes organisations du Myanmar connaîtront de nombreux changements", avait-il écrit. "Sur le plan international, les nouvelles de Birmanie seront au sommet pour le bon et le moins bon".

Les esprits ne doivent pas être sous-estimés, prévient Achaintan Man Gay Oo, ajoutant qu'elle se sentait protégée malgré les avertissements lancées par la junte aux manifestants. "Leur répression ne m'inquiète absolument pas", assure-t-elle. "Si cela arrive, je suis prête à donner ma vie".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info