Bombardements israéliens en Syrie, 15 combattants prorégime tués

Publié le à Beyrouth (AFP)

L'armée israélienne a bombardé en 24 heures plusieurs positions des forces loyales au régime de Bachar al-Assad en Syrie, tuant 15 combattants, dans une escalade des opérations militaires de l'Etat hébreu contre le pays voisin en guerre.

Sur un autre front, le président américain Donald Trump a appelé dimanche le régime de Bachar al-Assad et son indéfectible allié russe à mettre fin à la "boucherie" et au "bombardement infernal" dans la province d'Idleb (nord-ouest), dernier grand bastion jihadiste en Syrie.

Ces développements illustrent la complexité du conflit qui ravage la Syrie depuis 2011, avec l'implication de plusieurs belligérants et l'intervention de puissances internationales et régionales sur un territoire aujourd'hui morcelé.

Voisin de la Syrie, Israël a mené depuis 2011 des centaines de frappes contre l'armée syrienne mais aussi contre les forces d'Iran et du Hezbollah libanais, alliés indéfectibles du régime et deux grands ennemis d’Israël.

Lundi avant l'aube, l'armée israélienne a tiré des missiles contre la base aérienne T4 dans la province centrale de Homs, où un soldat a été tué et deux blessés, tandis qu'un dépôt d'armement a été touché, selon l'agence officielle syrienne Sana.

La nuit précédente, elle a ciblé des positions prorégime près de la capitale Damas et dans la province de Qouneitra (sud), disant agir après des tirs de roquettes en provenance de Syrie.

Au total, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les bombardements israéliens ont tué 15 combattants: sept combattants prorégime de nationalité étrangère ont péri à Kesswa près de Damas, cinq soldats syriens à T4 et trois autres à Qouneitra.

Les médias étatiques syriens ont eux fait état seulement de quatre soldats syriens tués.

- "Missiles ennemis" -

Selon Sana, la défense antiaérienne syrienne à Damas est entrée en action et a abattu des "missiles ennemis" tirés "depuis le Golan occupé" par Israël.

L'OSDH a affirmé que "des entrepôts et des positions" où sont stationnés des forces syriennes, des forces iraniennes et des combattants du Hezbollah ont été pris pour cible, notamment à Kesswa, une localité au sud-ouest de Damas visée plusieurs fois déjà.

L'armée israélienne a dit riposter à des tirs de roquettes provenant de Syrie samedi et visant le mont Hermon sur le Golan occupé. Elle a prévenu qu'elle "tenait pour responsable" le régime syrien de "chaque action entreprise contre Israël".

"Nous n'allons pas tolérer des tirs contre notre territoire", a mis en garde dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Israël confirme rarement ses frappes en Syrie, même si ces derniers mois il a revendiqué plusieurs tirs.

- "ARRETEZ!" -

Les dernières frappes imputées à Israël en Syrie remontent au 27 mai. Un missile israélien s'était abattu sur la province de Qouneitra, tuant un soldat syrien.

En janvier, Israël avait frappé des positions iraniennes en Syrie, disant agir en riposte à un tir de missile iranien. Selon l'OSDH, 21 personnes, principalement des Iraniens, avaient été tuées. L'Iran est l'ennemi juré d'Israël.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations antigouvernementales, le conflit en Syrie a fait plus de 370.000 morts et poussé à la fuite des millions personnes.

Le régime, qui contrôle aujourd'hui près de 60% du pays après avoir multiplié les victoires face aux rebelles et aux jihadistes, semble avoir désormais dans le viseur la province d'Idleb, dont la grande partie est contrôlée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda).

Si le régime n'a pas officiellement annoncé une offensive contre HTS, lui et ses alliés ont intensifié les bombardements contre les secteurs jihadistes depuis fin avril.

En un mois, près de 300 civils ont été tués dans les raids des aviations syrienne et russe et les tirs d'artillerie dans la province d'Idleb et les zones jihadistes limitrophes, d'après l'OSDH. Au moins 23 hôpitaux et cliniques, mais aussi plusieurs écoles, ont été touchés selon l'ONU. Plus 270.000 personnes ont été déplacées.

"J'entends parler que la Russie, la Syrie (...) se livrent à un bombardement infernal dans la province d'Idleb en Syrie et tuent sans discrimination beaucoup de civils innocents", a écrit sur Twitter M. Trump. "Le Monde observe cette boucherie. Quel est l'objectif, qu'est-ce que vous allez obtenir? ARRETEZ!".

burx-tgg/tp

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.