Braquage mortel de Dolomieu: le tueur présumé interpellé

Publié le à Grenoble (AFP)

Le tueur présumé d'Hugo Villerez, un homme de 34 ans décédé mardi dans le braquage d'un bureau de tabac en Isère qu'il tentait de déjouer, a été interpellé samedi avec deux autres suspects.

Selon le parquet, ces trois hommes "jeunes" habitent Morestel, une commune voisine de Dolomieu où s'est déroulé le drame, et "ses environs". Quatre-vingts gendarmes ont été mobilisés pour procéder à leurs arrestations au petit matin.

"Trois personnes ont été interpellées ce samedi matin à 6 heures, dont le tueur présumé d'Hugo. Ces arrestations sont basées sur des éléments d'enquête dont nous disposons depuis le départ", a précisé Jean-Yves Coquillat, procureur de la République à Grenoble.

Les enquêteurs privilégiaient la piste de deux braqueurs "locaux" depuis quelques jours. La troisième personne placée en garde à vue pourrait être un complice.

Jeudi, le véhicule utilisé pour attaquer le commerce avait été retrouvé intact sur un chemin isolé de Saint-Chef, une commune proche de Dolomieu, puis acheminée vers Grenoble pour expertise. "Nous attendons les résultats", a indiqué M. Coquillat.

- Tué pour 200 euros et six cartouches de cigarettes -

Selon le parquet, Hugo Villerez, 34 ans et habitant du village, aurait suivi à l'extérieur du bureau de tabac un malfaiteur armé d'un fusil de chasse. Les deux hommes, situés à "quelques mètres de distance" l'un de l'autre, auraient ensuite eu un bref échange verbal, à l'issue duquel le braqueur a ouvert le feu sur le jeune homme, le blessant mortellement.

Les malfaiteurs, qui avaient investi le commerce cagoulés et armés une poignée de secondes plus tôt, ont ensuite pris la fuite à bord d'une Peugeot 206 noire, volée peu de temps avant les faits, avant de l'abandonner à quelques kilomètres de là.

Décrit par ceux qui le connaissaient comme un jeune homme "simple et sympa", ayant "horreur de l'injustice, et de la compassion pour les autres", Hugo Villerez se trouvait dans le tabac-presse en compagnie de trois autres clients au moment du hold-up. Il est mort dans les bras de sa mère, qui l'attendait dans une voiture sur un parking jouxtant le commerce. Pour un butin de 200 euros et six cartouches de cigarettes.

Jeudi soir, plus d'un millier de personnes, habitants de Dolomieu, des communes avoisinantes ou simples anonymes, s'étaient rassemblées sur la place centrale du village, à quelques mètres des lieux du drame, pour rendre hommage à la victime.

De nombreux élus de tout le canton étaient venus témoigner de leur soutien à la mère d'Hugo, conseillère municipale de Dolomieu, et à la commerçante victime du braquage.

"Hugo aurait aimé que son geste ne reste pas dans l'indifférence", avait dit sa mère, Brigitte, entourée de ses proches, lors d'une brève prise de parole.

Les funérailles de son fils se tiendront lundi à Dolomieu.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info