Brexit : les négociations entre Londres et Bruxelles au bord de la rupture

Publié le à Londres (AFP)

Les négociations sur le Brexit entre Londres et les Européens semblaient au bord de la rupture mardi à un peu plus de trois semaines de sa date prévue, Bruxelles accusant le Premier ministre britannique Boris Johnson de jouer avec "l'avenir de l'Europe".

Les Européens ont donné jusqu'à la fin de la semaine au gouvernement britannique pour leur présenter un compromis acceptable et arriver à une séparation à l'amiable le 31 octobre, après 46 ans de vie commune.

Sans attendre cette échéance, les deux parties ne cachent pas leur pessimisme. Après un entretien téléphonique mardi entre M. Johnson et Angela Merkel, une source à Downing Street a jugé un accord "pratiquement impossible".

Selon cette source, la chancelière allemande a prévenu le chef du gouvernement conservateur qu'un accord était "extrêmement improbable" faute de nouvelles propositions de Londres prévoyant un maintien de l'Irlande du Nord britannique dans l'union douanière européenne.

Ce que le Royaume-Uni refuse, son plan prévoyant simplement un alignement réglementaire, mais pas douanier, avec la République d'Irlande voisine, membre de l'UE.

Il s'agit d'éviter le rétablissement d'une frontière physique entre les deux Irlande et de préserver la paix sur l'île, après plusieurs décennies de violences.

Interrogé par l'AFP, le gouvernement allemand s'est refusé à tout commentaire sur le contenu de la conversation.

- Soutien à l'économie irlandaise -

Sur Twitter, le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, a accusé Boris Johnson de jouer avec "l'avenir de l'Europe et du Royaume-Uni" en se prêtant à un "stupide jeu de reproches" sur les responsabilités d'un échec des négociations.

"Nous restons ouverts à la finalisation d'un accord de Brexit juste mais il faut un gouvernement britannique désireux de travailler avec l'UE pour y arriver", a renchéri le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, sur le même réseau social.

La livre sterling a accusé le coup. "La dernière lueur d'espoir a disparu", a souligné Neil Wilson, un analyste pour Markets.com.

De difficiles négociations se poursuivaient mardi à Bruxelles pour éviter un "no deal" le 31 octobre, sur la base d'un projet présenté mercredi dernier par Boris Johnson pour tenter de mettre fin au casse-tête de la frontière irlandaise.

Le plan britannique a été rejeté en l'état par les Européens. Ils refusent le droit de veto que Londres souhaite accorder à l'assemblée et à l'exécutif nord-irlandais et les propositions pour les contrôles douaniers entre les deux Irlande.

"Ces discussions atteignent un point critique. Le Royaume-Uni a fait un grand pas en avant et maintenant nous devons voir quelque chose bouger du côté de l'UE", a commenté un porte-parole britannique.

Londres avait tenté lundi d'apporter des clarifications. Mais selon une source européenne, "rien n'a bougé". "A ce rythme-là, on voit mal comment on pourrait être prêt pour le Conseil" européen des 17 et 18 octobre, a dit une autre source.

Arrivé au poste de Premier ministre fin juillet, Boris Johnson s'est engagé à sortir le Royaume-Uni de l'UE à tout prix le 31 octobre, malgré une loi le contraignant à demander un report si aucun accord n'est trouvé d'ici au 19 octobre, juste après ce sommet européen présenté comme celui de la dernière chance.

Selon une source de Downing Street citée par le magazine The Spectator, le chef du gouvernement britannique table sur un échec des négociations avec l'UE et fera "toutes sortes de choses" pour éviter un délai.

Signe que l'hypothèse d'un "no deal" se renforce, le ministre irlandais des Finances Paschal Donohoe a annoncé mardi un plan de soutien massif à l'économie de son pays, s'élevant à 1,2 milliard d'euros, afin d'en atténuer l'impact.

Le gouvernement britannique a également assuré être "préparé" à un Brexit sans accord dans un document rendu public mardi faisant le point sur ses préparatifs.

Mais le centre de réflexion Institute for Fiscal Studies (IFS) en a dressé un scénario noir, avec un plongeon de l'activité économique et une explosion du déficit public du Royaume-Uni.

Si un délai était accordé, Boris Johnson ferait campagne pour un "no deal" en cas d'élections législatives anticipées, afin de "marginaliser" le Parti du Brexit, une formation europhobe, a prévenu la source dans The Spectator.

En mode pré-campagne, le gouvernement souhaite suspendre le Parlement après la fin des débats mardi soir, comme il est de coutume, pour pouvoir présenter son programme de politique nationale lundi prochain.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous retrouvez votre stabilité intérieure. Par conséquent, vous prenez vos décisions de façon réfléchie.

Taureau

Vous avez besoin de vous rendre utile en donnant des conseils aux autres.

Gémeaux

Vous vous faites plaisir en cherchant à obtenir l’objet que vous convoitez depuis un bon moment.

Cancer

C’est le moment de bouger si vous êtes à la recherche d’un emploi. Une proposition vous parvient très rapidement.

Lion

Il va falloir canaliser votre impulsivité si vous voulez rester crédible auprès de vos interlocuteurs.

Vierge

Cela vous arrive rarement, certes, mais aujourd’hui vous manquez cruellement d’organisation dans votre travail.

Balance

Vous donnez un coup d’accélérateur à vos projets. Vous êtes réactif en prenant de bonnes initiatives.

Scorpion

Une négociation professionnelle prend une tournure inattendue. Vous risquez de perdre un avantage.

Sagittaire

Vous êtes sûr de vous, de vos actes ou de vos opinions. Vous ne vous laissez pas influencer.

Capricorne

Vous êtes intraitable, inflexible. Il ne fait pas bon s’opposer à vous pendant quelques jours.

Verseau

Vous avez une proposition de contrat, un engagement à tenir ou une promesse à honorer. Vous êtes attendu au tournant.

Poissons

Ce n’est pas le moment de vous écarter de votre ligne de conduite. Ne perdez pas de vue votre principal objectif.

Notre sélection d'annonces