Brexit: ultimes négociations pour combler le "fossé" entre Londres et l'UE

Publié le à Bruxelles (AFP)

Européens et Britanniques étaient engagés vendredi dans une "dernière tentative" pour combler le "fossé" qui les sépare, en particulier sur la pêche, et arracher un accord sur leur relation post-Brexit avant l'échéance fatidique du 31 décembre.

"Je dois dire que la situation semble difficile, il y a un fossé à combler. Nous avons fait beaucoup et nous espérons que nos amis de l'UE (...) viendront à la table avec quelque chose", a averti le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Londres juge que les demandes de l'UE sur la pêche ne sont pas "raisonnables". Cette question est hypersensible pour plusieurs Etat membres, dont la France, les Pays-Bas et l'Espagne et les Européens ont répété à maintes reprises qu'il n'y aurait pas d'accord commercial sans compromis sur ce point.

Pour Bruxelles, les deux camps doivent faire "un effort réel et concret". "Nous sommes à un moment de vérité. Il nous reste très peu de temps, quelques heures utiles dans cette négociation", a mis en garde vendredi leur négociateur Michel Barnier.

Après un début de semaine marqué par un optimisme prudent, l'heure semble au durcissement des positions.

"Le pessimisme" de Boris Johnson "est tactique, pour tenter d'arracher des concessions de dernière minute aux Européens", estimait cependant l'expert de l'Eurasia group, Mujtaba Rahman, ajoutant que "retarder un accord jusqu'au dernier moment présentait aussi l'avantage de limiter son examen au strict minimum" par le Parlement britannique.

Le Parlement européen a averti pour sa part vouloir un accord d'ici "dimanche minuit", pour l'examiner et le ratifier afin qu'il puisse entrer en vigueur le 1er janvier, une fois que le divorce avec le Royaume-Uni --qui a officiellement quitté l'Union européenne le 31 janvier dernier-- sera définitif.

La saga du Brexit a cependant été riche en rebondissements et il n'est pas exclu que les négociations puissent se poursuivre au-delà de dimanche. Reste la possibilité d'une entrée en vigueur provisoire d'un accord conclu dans les tout derniers jours de décembre, une option qui semble avoir la faveur des Etats membres mais à laquelle s'oppose le Parlement européen.

A l'issue de son coup de fil avec Boris Johnson jeudi soir, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dit que les négociations se poursuivaient vendredi. "Elle ne voulait pas dire qu'elles se terminaient aujourd'hui, il n'y a pas de fin actée, prévue, officialisée", a rappelé un porte-parole, interrogé sur une date butoir autre que celle du 31 décembre.

Sur la question lancinante de la pêche, l'UE veut conserver un accès aux eaux poissonneuses britanniques mais le Royaume-Uni, qui en fait un symbole de sa souveraineté retrouvée, n'a proposé qu'un maintien de la situation actuelle pendant trois ans, avant de décider des droits de pêche qu'ils accordera.

- "Ni juste ni acceptable" -

"Nous ne demandons rien de plus qu'un équilibre entre les droits et les obligations, et la réciprocité s'agissant de l'accès de nos marchés et des eaux", a répété Michel Barnier.

Si le Royaume-Uni veut pouvoir couper l'accès à ses eaux, "l'UE doit aussi avoir un droit souverain de réagir ou de compenser, en ajustant alors les conditions d'accès à son marché pour l'ensemble des produits et notamment les produits de pêche et c'est là où se trouve l'une des grandes difficultés", a-t-il reconnu.

"Il ne serait ni juste ni acceptable que les pêcheurs européens n'aient dans les eaux britanniques que des droits transitoires qui s'évaporeraient un jour alors que tout le reste de l'accord notamment pour les entreprise britanniques, lui, resterait stable", a-t-il expliqué.

Les deux autres sujets qui bloquaient jusqu'alors les discussions --les conditions de concurrence équitable et la gouvernance du futur accord-- semblent en voie de résolution.

Sur les garanties réclamées par l'UE en matière de concurrence afin de se prémunir contre tout dumping social, fiscal ou environnemental de la part des entreprises britanniques, le Royaume-Uni a fait des concessions et attend en échange plus de souplesse de Bruxelles sur la pêche.

Sans accord commercial, les échanges entre l'UE et Londres se feront selon les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane ou de quotas, avec de lourdes conséquences pour des économies déjà secouées par la pandémie.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info